Toute l'actu en bref

L'Australien Jason Day, no 1 mondial, a annoncé qu'il renonçait à disputer le tournoi de golf des Jeux olympiques de Rio (5-21 août) par crainte du virus Zika, dans un communiqué.

"C'est avec un profond regret que j'annonce que je ne participerai pas aux JO 2016 à Rio de Janeiro. La raison de ma décision est mon inquiétude quant à une possible transmission du virus Zika", écrit sur son compte Twitter Day (28 ans), vainqueur du Championnat PGA en 2015.

"Des médecins ont confirmé que décider de concourir à Rio signifie forcément prendre un risque, même peut-être faible, pour ma santé et celle de ma famille", poursuit-il.

"Même si concourir aux Jeux olympiques pour mon pays a toujours été un objectif majeur, jouer au golf ne peut pas primer sur la sécurité de ma famille", explique Day, alors que le golf fait à Rio son retour dans le programme olympique duquel il était absent depuis 1904.

Day vient s'ajouter à la liste de plus en plus longue des golfeurs ayant décidé de renoncer aux Jeux de Rio. Il y a une semaine, le Nord-Irlandais Rory McIlroy, ancien No1 mondial, avait annoncé son forfait pour les mêmes raisons que l'Australien. Comme le Fidjien Vijay Singh et l'Australien Marc Leishman précédemment, et plus récemment le Sud-Africain Branden Grace et le Nord-Irlandais Graeme McDowell.

L'Australien Adam Scott et les Sud-Africains Louis Oosthuizen et Charl Schwartzel ont eux aussi fait une croix sur le rendez-vous carioca, mais sans invoquer le virus.

Day avait déjà exprimé des doutes sur sa participation aux JO-2016 il y a quelques jours.

Mi-juin, l'Américain Jordan Spieth, no 2 mondial, s'était lui déclaré partant, malgré Zika.

"Au moment où je vous parle, j'ai plutôt confiance après ce que j'ai entendu", avait-il dit, tout en précisant : "Si je pensais que les risques étaient trop importants, je n'irais pas".

Le virus Zika, qui sévit actuellement au Brésil, est transmis par le moustique Aedes aegypti et touche 1,5 million de personnes dans le pays hôte des JO 2016. Il est responsable selon l'OMS de microcéphalie, une malformation grave et irréversible se caractérisant par une taille anormalement petite du crâne des nouveaux-nés. Dans de rares cas, il peut entraîner des problèmes neurologiques chez l'adulte.

sda-ats

 Toute l'actu en bref