Iraniens interdits d'entrée aux USA: l'Iran applique la réciprocité


 Toute l'actu en bref

Plusieurs ressortissants de pays musulmans ont été empêchés de se rendre aux Etats-Unis depuis la signature vendredi du décret de Donald Trump (image symbolique).

KEYSTONE/AP/M. SPENCER GREEN

(sda-ats)

L'Iran a décidé samedi d'appliquer la réciprocité après la décision du président américain Donald Trump d'interdire pendant trois mois l'entrée des Iraniens et des ressortissants de six autres pays musulmans aux Etats-Unis. Il dénonce une décision "insultante"

"La République islamique d'Iran (...), tout en respectant le peuple américain et pour défendre les droits de ses citoyens, a décidé d'appliquer la réciprocité après la décision insultante des Etats-Unis concernant les ressortissants iraniens et tant que cette mesure n'aura pas été levée", a affirmé le ministère dans un communiqué repris par la télévision d'Etat.

Le ministère des Affaires étrangères a affirmé que "la décision américaine comprenait des attentes illégales, illogiques et contraires aux règles internationales (...) qui n'aura aucun effet sur l'attitude du gouvernement iranien" en allusion au fait que les Etats-Unis exigent, selon les médias iraniens, des informations sur les voyageurs iraniens pour la levée de cette mesure.

La Maison Blanche a annoncé vendredi avoir interdit pendant trois mois l'arrivée de ressortissants de sept pays musulmans: Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen. Cette mesure vise à lutter contre les "terroristes islamistes radicaux". Elle a immédiatement suscité l'inquiétude de l'ONU qui a demandé aux Etats-Unis de conserver sa tradition d'accueil.

Embarquement interdit

A Téhéran, les médias iraniens ont rapporté plusieurs cas d'Iraniens qui n'ont pas pu embarquer pour les Etats-Unis. Des responsables de deux agences de voyage ont affirmé avoir reçu des instructions de la part des compagnies Emirates, Turkish Airlines et Etihad Airways, de ne plus vendre de billet à des Iraniens ayant un visa américain car ces dernières refusent de les embarquer à bord.

Au Caire, un couple irakien et leurs deux enfants qui avaient réservé des billets sur un vol de la compagnie EgyptAir ont été informés qu'ils ne pouvaient pas embarquer en raison des nouvelles règles, ont indiqué à l'AFP des responsables. Selon eux, cette famille disposait cependant de visas pour les Etats-Unis.

Selon un responsable d'EgyptAir, la compagnie n'a pas été officiellement informée des nouvelles régulations et son site ne donnait aucune précision sur les nouvelles règles en vigueur pour les voyages aux Etats-Unis.

Refus d'embarquer des passagers

La compagnie aérienne néerlandaise KLM a pour sa part refusé samedi de transporter sept passagers qui devaient se rendre aux Etats-Unis en raison du décret de Donald Trump. "Nous les aurions transporté, mais cela n'a pas de sens. Ils ne pourraient de toute façon pas entrer dans le pays", a expliqué une porte-parole de la compagnie.

KLM prend en charge les frais de deux passagers pour leur voyage retour. Cinq autres personnes avaient déjà été averties. La nationalité des passagers concernés n'a pas été précisée. KLM essaie par ailleurs "d'obtenir de la clarté" sur cette politique et la situation future.

D'autres compagnies, comme Qatar Airways, ont aussi refusé des passagers vers les Etats-Unis.

ATS

 Toute l'actu en bref