Isabel dos Santos, la fille de l'ex-président angolais José Eduardo dos Santos, est formellement accusée de plusieurs délits, parmi lesquels fraude, détournement de fonds et blanchiment d'argent. Les détails de ces malversations proviennent des "Luanda Leaks".

Réclamée par la justice angolaise, Isabel dos Santos devra également répondre notamment d'accusations de trafic d'influence, abus de biens sociaux et faux en écritures durant son mandat à la tête du groupe pétrolier public Sonangol, a indiqué le procureur général d'Angola, Helder Pitta Gros, mercredi soir lors d'une conférence de presse.

Isabel dos Santos, 46 ans, a été à la tête de la Sonangol durant 18 mois à partir de juin 2016. Elle a aussi dirigé plusieurs autres compagnies publiques angolaises dans les secteurs de la téléphonie et des mines, et a acquis des participations dans d'autres groupes, notamment bancaires, au Portugal.

La justice angolaise a assuré mobiliser "tous les moyens possibles" pour ramener en Angola et y juger Isabel dos Santos. Celle-ci vit essentiellement entre Londres et Dubaï depuis le retrait du pouvoir de son père en août 2017. Elle a dénoncé un "tissu de mensonges" monté pour des raisons politiques.

Ces accusations se basent sur les "Luanda Leaks" publiées dimanche par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ). Les 36 médias internationaux du consortium, parmi lesquels la BBC, le New York Times ou Le Monde, ont mobilisé 120 journalistes dans une vingtaine de pays pour exploiter une fuite de 715'000 documents.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

SWI plus banner

  • Des infos pertinentes et compactes
  • Des questions et des réponses pour la Cinquième Suisse
  • Discuter, débattre, réseauter

Un seul clic, mais un Plus pour vous !


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.