Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Juncker craint un nouvel afflux de réfugiés aux portes de l'Europe si l'accord avec la Turquie s'effondre (archives).

KEYSTONE/EPA/NAKE BATEV

(sda-ats)

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, redoute que l'accord conclu en mars dernier entre l'UE et la Turquie pour freiner les arrivées de migrants et réfugiés en Europe ne s'effondre. Il craint un nouvel afflux aux portes de l'Europe.

"Le risque est grand. Le succès de ce pacte est fragile pour l'instant. (Le président turc Tayyip) Erdogan a plusieurs fois laissé entendre qu'il voulait y mettre un terme", déclare le patron de l'exécutif bruxellois dans une interview au journal autrichien Kurier. Si cela devait se produire, ajoute-t-il, "on pourrait s'attendre à nouveau à ce que les réfugiés se pressent aux portes de l'Europe".

La Turquie a jusqu'ici appliqué les termes de l'accord. Il consiste à empêcher les candidats à l'exil de gagner les rives de la Grèce en échange d'une aide financière et de la promesse d'un assouplissement du régime des visas pour les Turcs dans l'UE. Mais le pouvoir turc estime que l'UE n'applique pas sa part de l'accord.

Dans son interview, Jean-Claude Juncker réitère son inquiétude à propos des mesures de répression prises en Turquie à la suite du coup d'Etat manqué du 15 juillet. Mais il critique également la Pologne, où "l'état de droit est mis à mal par l'approche du gouvernement", et dit suivre avec inquiétude les préparatifs d'un référendum sur l'immigration en Hongrie.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS