Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'aéroport de Genève a recouru à du personnel supplémentaire par rapport aux week-ends habituels.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Le plan d'urgence mis en place ce week-end par l'aéroport de Genève face à la forte affluence a fait ses preuves. Il va être pérennisé durant toutes les fins de semaine jusqu'au terme de la saison de ski, a indiqué dimanche à l'ats le porte-parole de Cointrin.

"Le temps de passage a été rallongé, mais aucune congestion majeure" n'a été observée, selon Bertrand Stämpfli. Au maximum, un voyageur aura dû attendre 50 minutes aux contrôles de sécurité, contre 1 heure et quart le week-end précédent.

Samedi et dimanche, 64'000 passagers quotidiens sont partis de Genève, contre 40'000 habituellement. A cette augmentation s'ajoutent de nouvelles procédures de sécurité entrées en vigueur récemment.

"Des gestes supplémentaires" pour la détection des explosifs contribuent à une perte de fluidité de 20% dans les zones de contrôle, a souligné le porte-parole. Il affirme que Genève-Aéroport n'a pas été pris de cours par l'affluence.

Ce week-end, les usagers étaient invités à venir trois heures avant leur vol et à prendre les transports en commun. Leur cheminement a ensuite été aiguillé et plusieurs dizaines de collaborateurs supplémentaires ont été mobilisés. L'accès à l'étage des contrôles a notamment été filtré par les pompiers du service de sécurité.

Météo en cause

Et des cordons ont parfois été rallongés de quelques centimètres. "Une série de gestes" qui a permis de garantir leur vol à tous les clients qui ont respecté les recommandations lancées cette semaine.

Parmi les retards des liaisons enregistrés aussi bien samedi que dimanche, "aucun n'a été imputable" à ce nombre important d'utilisateurs. La météo, notamment dans le nord de l'Europe, est en cause. De même que pour les quelques annulations au départ de Genève.

Ce dispositif de "court terme" va désormais être étendu jusqu'à la fin de la saison de ski. "Dans les prochains week-ends, on sera confronté à la même affluence", a précisé M. Stämpfli. Peut-être même davantage encore. Le porte-parole estime toutefois que Genève aéroport peut absorber cet effort supplémentaire pendant quelques mois.

Investissements prévus

En revanche, à moyen terme, il faudra "optimiser" l'aérogare pour éviter ce type de désagréments. Des travaux sont en cours jusqu'en juin et d'autres investissements seront menés.

Il ne faut pas uniquement augmenter le nombre de machines à disposition, mais plutôt les positionner de manière plus efficace, selon le porte-parole. Il n'est pas exclu de revenir sur la zone commerciale même si l'aéroport préférerait ne pas avoir à se priver de ces activités qui lui apportent des recettes.

L'objectif est d'adapter l'infrastructure pour ne pas avoir à mettre en oeuvre un plan d'urgence du même type à Noël prochain. Mais "on ne peut pas dimensionner" un dispositif aéroportuaire sur 10 week-ends. Sous peine de fonctionner le reste de l'année à 60%.

ATS