Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un homme - aujourd'hui identifié - a tué 39 personnes lors du réveillon du Nouvel An dans une discothèque d'Istanbul, face à laquelle des hommages sont rendus (archives).

KEYSTONE/EPA/TOLGA BOZOGLU

(sda-ats)

L'identité de l'homme qui a tué 39 personnes lors du réveillon du Nouvel An dans une discothèque d'Istanbul a été établie, a annoncé mercredi le ministre turc des Affaires étrangères dans une interview télévisée. Mevlut Cavusoglu n'a pas donné l'identité du tueur.

Ce dernier est toujours en fuite. Mardi, les médias turcs annonçaient que la police était à la recherche d'un homme de 28 ans de nationalité kirghize.

Le quotidien Habertürk a rapporté que l'enquête de la police a révélé que le tireur était entré en Turquie par la Syrie et s'était rendu en novembre à Konya, une ville du centre de la Turquie. Il voyageait avec sa femme et deux enfants de façon à ne pas attirer l'attention.

Dans le cadre de l'enquête, la police a interpellé mercredi 27 personnes à Izmir dans l'ouest de la Turquie, dont des femmes et des enfants; ces personnes venaient de Konya, rapporte l'agence de presse Dogan. Sur des vidéos, on voit certaines d'entre elles emmenées d'un immeuble résidentiel vers des véhicules.

L'agence de presse Anatolie a indiqué mardi que 14 personnes avaient été interpellées en relation avec la tuerie, tandis que la chaîne de télévision NTV faisait état de deux ressortissants de pays étrangers interpellés à l'aéroport international Atatürk d'Istanbul.

Revendication de l'EI

L'Etat islamique a revendiqué la tuerie lundi matin en expliquant qu'il s'agissait de se venger de l'implication de la Turquie en Syrie et en décrivant le club, le Reina, comme un lieu de rassemblement de chrétiens célébrant leur "fête apostate".

L'auteur de la fusillade a abattu un policier et un civil à l'entrée du Reina, un night-club très fréquenté situé à Ortaköy, sur la rive européenne du Bosphore, avant d'ouvrir le feu à l'arme automatique à l'intérieur. Il a rechargé son arme une demi-douzaine de fois et achevé des blessés qui gisaient au sol.

ATS