Toute l'actu en bref

Le nouveau retardateur de flammes de l'Empa a été testé avec succès sur des cultures in vitro de cellules nerveuses humaines (en jaune, avec les noyaux en violet).

Empa

(sda-ats)

Omniprésents dans les sièges de voiture, les mousses expansées, le mobilier et les avions, les retardateurs de flammes contiennent des substances sujettes à caution. Après des examens toxicologiques, l'Empa propose un nouveau candidat.

Avant qu'un retardateur de flammes n'entre en considération pour une production de masse, il est indispensable de s'assurer de son innocuité, comme l'a montré l'exemple du TCCP. Ce produit n'a été classé comme toxique pour l'homme qu'après son lancement sur le marché et doit à présent en être progressivement retiré.

L'équipe de Sabyasachi Gaan, du Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (Empa) a synthétisé trois nouveaux retardateurs dotés d'une réaction au feu identique, voire meilleure que celle des produits actuellement disponibles.

Il s'agit de dérivés d'un produit existant, le DOPO, a indiqué l'Empa dans un communiqué. Les experts ont ensuite soumis leurs trois candidats - ETA-DOPO, EG-DOPO et EDA-DOPO - à une contre-vérification toxicologique.

Par les poumons et la peau

L'équipe emmenée par Cordula Hirsch a exposé aussi bien des cellules pulmonaires que des macrophages aux retardateurs de flammes. La chercheuse n'a constaté une absence de réaction toxique que sur une seule des trois substances.

Le poumon est principalement touché par les effets des retardateurs de flammes lors de leur production et lors de leur transformation en forme poudreuse. Les substances toxiques entrent ensuite dans l'organisme par la peau et peuvent entraîner des dommages cutanés, voire des effets neurotoxiques.

Les échantillons ont donc été transmis à Stephanie Mathes, de la Haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW) à Wädenswil, dont l'équipe a examiné les nouveaux produits quant à leur tolérance cutanée. Pour cela, les chercheuses ont cultivé de la peau humaine et l'ont exposée à différentes concentrations.

Stefan Schildknecht et ses collaborateurs de l'Université de Constance (D) étaient ensuite chargés des examens neurologiques. Ils ont examiné les conséquences directes de la substance sur les effets neuronaux à l'aide de tests avec des cellules cérébrales.

Un sur trois reste en lice

Conclusion des chercheurs: deux des trois retardateurs de flammes n'ont pas passé le test. Ils ont entraîné une détérioration des cellules d'examen utilisées et ne se prêtent donc plus à un développement ultérieur, selon ces travaux publiés dans la revue Archives of Toxicology.

Les chercheurs ont toutefois également démontré que l'EDA-DOPO nouvellement développé présente non seulement une meilleure réaction au feu que les produits disponibles, mais ne déploie par ailleurs pas d'effets toxiques lors des examens effectués. Cela fait de l'EDA-DOPO un candidat idéal pour franchir les prochaines étapes.

sda-ats

 Toute l'actu en bref