Toute l'actu en bref

Le satellite Eureca, le 1er août 1992, tenu par le bras articulé de la navette Atlantis. A la manoeuvre se trouvait Claude Nicollier (archives).

KEYSTONE/NASA/STR

(sda-ats)

L'ancien satellite de recherche européen Eureca a quitté mardi sur un camion le Musée des transports de Lucerne où il est exposé. L'engin, qui avait été mis en orbite par Claude Nicollier en 1992, va être passé aux rayons X par l'Empa.

Le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (Empa) entend analyser les effets du rayonnement cosmique, des températures extrêmes et des vibrations sur les différents composants d'Eureca, ont indiqué des responsables des deux institutions à Lucerne devant la presse.

Satellite de recherche valant 700 millions de francs à l'époque, Eureca (European Retrievable Carrier) avait été lancé par la navette Atlantis. Il a orbité à 500 kilomètres de la Terre pendant un peu moins d'un an à 28'000 km/h. En 1993, c'est la navette Endeavour qui l'a récupéré et ramené sur Terre.

Il aurait dû être réutilisé, mais l'Agence spatiale européenne a stoppé le programme faute de moyens et a remis le satellite au Musée des transports en 2000.

Une occasion unique

Pour l'Empa, il s'agit d'une occasion unique, a indiqué Antonia Neels, cheffe du Centre d'analyses aux rayons X. L'engin de trois tonnes, qui a subi des dommages dans l'espace, sera radiographié sous toutes ses coutures. Il s'agit du plus gros objet ainsi analysé à Dübendorf (ZH), a-t-elle précisé.

L'opération devrait prendre environ deux semaines. Le satellite retournera au Musée des transports en novembre et sera mis davantage en évidence dans l'exposition remaniée consacrée à l'espace.

Eureca avait pris son envol lors de la 49e mission d'une navette spatiale, avec Claude Nicollier à bord. Le Vaudois était devenu par la même occasion le premier Suisse dans l'espace. C'est lui-même qui avait manoeuvré le bras manipulateur de la navette afin de libérer Eureca.

sda-ats

 Toute l'actu en bref