L'ex-président d'Haïti René Préval aura des funérailles nationales


 Toute l'actu en bref

René Préval a dirigé Haïti durant deux mandats, entre 1996 et 2001, puis de 2006 à 2011. Il est décédé vendredi d'un accident cardio-vasculaire (archives).

KEYSTONE/AP/HARAZ N. GHANBARI

(sda-ats)

L'ancien président haïtien René Préval va recevoir des funérailles nationales dans la capitale haïtienne. Il est décédé vendredi à 74 ans d'un accident cardio-vasculaire. Le président Jovenel Moïse a décrété six jours de deuil national.

Il "salue sa mémoire et s'incline devant la dépouille mortelle de cet homme d'Etat qui a marqué l'histoire politique haïtienne durant ces trente dernières années" précise le communiqué diffusé dimanche soir.

La dépouille de celui qui fut président de 1996 à 2001 puis de 2006 à 2011 sera exposée vendredi après-midi au Musée du Panthéon national haïtien (Mupanah). Le bâtiment est situé sur la grande place du Champ de Mars, à quelques mètres du lieu où se trouvait le palais présidentiel, détruit lors du séisme de janvier 2010 et encore non reconstruit.

Sur la même place du Champ de Mars, au coeur de la capitale haïtienne, des funérailles nationales seront célébrées samedi matin au kiosque construit en 2015 et pouvant accueillir 5000 personnes. René Préval sera enterré dans l'après-midi à 200 km au nord de Port-au-Prince, à Marmelade, le village natal de son père où il a passé toute son enfance.

Dans l'attente de ces cérémonies officielles, Haïti va observer un deuil national à compter du lundi 6 mars et jusqu'au samedi 11 mars. "Tout au cours de cette période, le drapeau national déjà en berne depuis le samedi 4 mars au siège de la présidence, le sera également sur tous les édifices publics" précise le communiqué du pouvoir exécutif.

Efforts salués

Depuis son décès vendredi, la société haïtienne a salué les efforts menés par l'ancien chef d'Etat pour la stabilisation politique. Jocelerme Privert, ancien président provisoire (de 2016 à 2017), a été conseiller au cabinet de René Préval et tient à souligner le souci de maintenir le consensus qui animait celui que la population surnommait "Ti René".

"Qu'il doive lui-même négocier avec ses principaux adversaires, qu'il doive chercher à mettre ensemble des extrêmes, pour lui aucun prix n'était trop élevé dès qu'il s'agissait de trouver un consensus", a expliqué dimanche à l'AFP Jocelerme Privert. "Je dis que René est le père de cette Haïti stable politiquement et socialement apaisée", conclut M. Privert.

Depuis la fin de la dictature duvaliériste en 1986, René Préval est à ce jour l'unique dirigeant haïtien à avoir achevé ses deux mandats, la limite imposée par la Constitution, sans subir de coup d'Etat ni avoir à partir en exil.

ATS

 Toute l'actu en bref