Toute l'actu en bref

Tariq Ramadan devait donner des conférences en Mauritanie (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

L'islamologue suisse Tariq Ramadan a annoncé samedi avoir été refoulé par la Mauritanie à son arrivée à Nouakchott. Il était invité à animer des conférences. Selon une source policière, les raisons de son expulsion sont sans doute liées à ses activités.

"Mauritanie: arrêté à l'aéroport. Le gouvernement me refuse l'entrée sans explication et m'expulse", a écrit Tariq Ramadan sur son compte Twitter samedi peu après 01h00 (02h00 en Suisse). Selon lui, il s'agit de la "huitième interdiction d'un pays dit musulman".

Dans une vidéo d'une durée de plus de sept minutes, postée sur sa page Facebook dans la nuit de vendredi à samedi, il a indiqué avoir été invité dans ce pays par des organisations - qu'il n'a pas identifiées - pour animer des conférences et devoir "rencontrer des pauvres sur le terrain" durant son séjour.

L'interdiction d'entrer en Mauritanie lui a été notifiée à l'aéroport de Nouakchott et "il semblerait que la décision vienne directement de la présidence", a ajouté Tariq Ramadan, sans préciser de motifs.

Jusqu'à samedi en début d'après-midi, aucune source officielle sollicitée par l'AFP à Nouakchott n'a souhaité s'exprimer sur le sujet. Une source policière a simplement confirmé que M. Ramadan "a été expulsé". "Les raisons sont sans doute liées à ses activités. On ne nous a rien dit de précis", a-t-elle affirmé.

sda-ats

 Toute l'actu en bref