Toute l'actu en bref

La Bourse suisse a accusé des pertes lors de la dernière séance de la semaine, après avoir connu le même sort la veille. Le Swiss Market Index (SMI) a néanmoins défendu la marque des 8100 points et présente une progression hebdomadaire de 1,8%.

Le SMI a perdu 0,62% à 8109,44 points, avec un plus haut journalier à 8135,70 points et un plancher à 8096,18 points. Le Swiss Leader Index (SLI) a cédé 0,49% à 1246,32 points. De son côté, le Swiss Performance Index (SPI) a égaré 0,52% à 8682,00 points. Sur les 30 valeurs vedette, 21 ont clôturé dans le rouge, 8 dans le vert et SGS s'est révélé stable.

Après une série de séances fastes, un mouvement de prises de bénéfices explique la tendance actuelle, selon des courtiers. La deuxième moitié de séance s'est montrée animée particulièrement aux Etats-Unis, avec la publication de chiffres trimestriels d'entreprises comme Caterpillar, Mc Donald's ou General Electric.

Les nouvelles macroéconomiques sont également parvenues de l'autre côté de l'Atlantique, avec l'inflation canadienne. Les prix à la consommation ont progressé de 1,3% sur un an en mars. Les indices de Wall Street se paraient de rouge.

Actelion lanterne rouge

Actelion (-2,8%) a conservé jusqu'au bout l'ultime place du classement. La veille, le titre avait décollé de 3,3% après les résultats du premier partiel. Barclays a réduit sa recommandation à "underweight" de "equalweight". Au niveau actuel, il y a d'autres titres de la branche plus avantageux. Depuis le début de l'année, l'action Actelion a gagné plus de 10%.

Les titres du luxe Swatch (-1,7%) et Richemont (-2,1%) ont également accusé des pertes marquées, comme la veille. Les mauvaises nouvelles se sont accumulées en deux jours pour ces deux valeurs, entre chute des exportations horlogères jeudi et méforme du concurrent français Kering vendredi.

Le poids lourd Nestlé (-1,4%) a pesé fortement sur l'indice de référence. Ses comparses Novartis (-1%) et Roche (-0,5%) présentent un meilleur bilan pour cette séance.

Credit Suisse à la peine

Aux bancaires, Credit Suisse (-0,5%) endossait toujours le rôle de vilain petit canard, alors qu'UBS (+0,8%) et Julius Bär (+0,1%) figurent parmi les rares titres à engranger des bénéfices.

Dans cette catégorie, Sika (+1,4%) a dominé le classement. Le conglomérat français Saint-Gobain, qui cherche toujours à prendre contrôle du groupe zougois, devra introduire des mesures de chômage partiel dans une de ses filiales spécialisées dans les systèmes de canalisation. Les cycliques Lonza (+0,7%), Aryzta (-0,3%), LafargeHolcim (-1,2%) ont bouclé la semaine en ordre dispersé.

Sur le marché élargi, Leonteq a dévissé de 7,6%, dans la foulée des 12% évaporés la veille après un avertissement flou sur les résultats.

CFT (-2,8%), Plazza (-1,2%) et Accu (-1,9%) n'ont pas convaincu les investisseurs après la publication de leurs chiffres trimestriels ou annuels. Temenos (+0,8%) a profité d'un relèvement de l'objectif de cours de Goldman Sachs et Credit Suisse. Le développeur de logiciels bancaires avait été chahuté après son premier partiel 2016.

sda-ats

 Toute l'actu en bref