Toute l'actu en bref

Adecco, le numéro un mondial du travail temporaire, est la lanterne rouge de la Bourse suisse lundi, avec une baisse de 2,9% (archives).

KEYSTONE/DOMINIC FAVRE

(sda-ats)

La Bourse suisse a entamé la nouvelle semaine comme elle avait fini la précédente: dans le rouge. Le SMI a ouvert près de 100 points sous son niveau de clôture de vendredi et n'a pu se reprendre quelque peu que sur la fin de l'après-midi.

Cette reprise s'est effectuée après l'ouverture étonnamment stable à Wall Street. Les bancaires et les cycliques ont le plus souffert. Le SMI a fini en recul de 0,70% à 8206,20 points, avec un plus bas à 8138. Le SLI a cédé 0,95% à 1246,86 points et le SPI 0,74% à 8911,83 points. Sur les trente "blue chips", 27 ont reculé, deux avancé et Schindler est resté inchangé.

La crainte d'une hausse plus tôt que prévu des taux de la Réserve fédérale américaine (Fed) continue d'empoisonner les marchés. Vendredi, le directeur de la Fed de Boston Eric Rosengren s'est prononcé contre un trop long prolongement de la politique monétaire accommodante qui recèlerait des risques de surchauffe de l'économie américaine et entraînerait une hausse plus rapide des taux.

Ces déclarations ont pris les marchés relativement à froid et ont fait reculer le Dow Jones le plus fortement vendredi depuis le Brexit. On attendait les prochaines déclarations de responsables de la Fed, dont le Comité monétaire FOMC se réunira au milieu de la semaine prochaine.

Les nouvelles d'entreprises sont restées denrée rare ce lundi. Seul Swiss Re (-0,8%) a informé de l'évolution des primes dans la branche, dans le cadre des traditionnels Rendez-vous de Monte Carlo, au cours desquels il ne s'est rien passé de surprenant.

Adecco lanterne rouge

La cyclique Adecco (-2,9%) a pris la lanterne rouge, suivie par les valeurs sensibles à la conjoncture Dufry (-2,4%), Sika (-2%) et LafargeHolcim (-1,9%). Selon des courtiers, certains s'inquiètent à propos de l'état de l'économie américaine. Vendredi, LafargeHolcim avait nettement fléchi, après une période positive.

Aux bancaires, UBS a perdu 2,4%, CS 2% et Julius Bär 1,8%. Vendredi, les valeurs des deux grandes banques avaient fait mieux que le marché d'ensemble. L'annonce par le directeur financier d'UBS de la perspective de dividendes attractifs d'ici trois ans n'a pas soulevé l'enthousiasme.

Galenica (-1,5%) a aussi perdu du terrain. Dans la presse dominicale, le président Etienne Jornod s'est dit confiant que le paquet d'actions de 20% dont Sprint veut se séparer irait dans de bonnes mains. Galenica n'envisage pas de racheter une partie de ce paquet.

Avec un recul d'environ 28% depuis le début de l'année, l'action Galenica, chouchou des investisseurs en 2015, fait partie des valeurs les moins courtisées, avec celles des deux grandes banques. Les poids lourds défensifs ont relativement bien résisté. Roche a perdu 0,4%, Novartis 0,2% et Nestlé 0,7%.

Swatch et Actelion dans le vert

Swatch (+0,4%) et Actelion (+0,2%) sont les seuls titres du SMI à avoir terminé dans le vert. Quelques vendeurs à découvert anglo-saxons ont changé leur fusil d'épaule et procèdent maintenant à des achats de couverture de la porteur de l'horloger biennois, ont supposé des courtiers. Richemont (-0,4%) publiera des informations sur la marche de ses affaires sur les cinq premiers mois de l'exercice décalé en cours mercredi.

Sur le marché élargi, la biopharma Adienne a annoncé sa prochaine entrée en Bourse, sans toutefois donner de détails.

AMS (-4,0%) a continué de souffrir de spéculations sur la perte ou l'absence de commandes de matériel de la part d'Apple en relation avec la présentation du nouvel iPhone 7. Certains avaient parié sur des commandes et se trouvent maintenant gros-jean comme devant. Kudelski a gagné 1,6% après une victoire juridique remportée vendredi aux Etats-Unis.

sda-ats

 Toute l'actu en bref