Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A la Bourse suisse, les observateurs ont retenu leur souffle dans l'attente de l'intronisation en soirée de Donald Trump et surtout des premières mesures concrètes que prendra le nouveau locataire de la Maison Blanche (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse est parvenue de justesse à conserver une partie de ses maigres gains de la matinée vendredi, après avoir tergiversé autour de l'équilibre dans l'après-midi. Le Swiss Market Index (SMI) a clôturé sur un gain cosmétique de 0,02% à 8275,13 points.

Le Swiss Leader Index (SLI) a égaré 0,07% à 1318,59 points et le Swiss Performance Index (SPI) 0,01% à 9045,41 points. Sur les trente valeurs vedettes, douze ont gagné du terrain et 18 ont perdu des plumes.

Les observateurs ont retenu leur souffle dans l'attente de l'intronisation en soirée de Donald Trump et surtout des premières mesures concrètes que prendra le nouveau locataire de la Maison Blanche. Ses promesses fiscales et menaces protectionnistes vont retenir l'attention des marchés ces prochains jours, anticipent les analystes.

Les récentes prises de positions des banques centrales américaine et européenne témoignent par ailleurs d'un fossé grandissant entre les politiques monétaires des deux côtés de l'Atlantique.

La patronne de la Réserve fédérale américaine (Fed) Janet Yellen laisse ainsi entrevoir une hausse graduelle du taux directeur de son institution, tandis que son homologue européen Mario Draghi a estimé que le Vieux Continent n'était encore pas prêt à revenir à des pratiques conventionnelles.

Le front des nouvelles d'entreprises en Suisse n'a pas été de nature à encourager les détenteurs de capitaux à se mettre à l'eau. Seuls quelques seconds couteaux ont dévoilé des chiffre d'affaires, qui plus est non audités.

Valeurs bancaires en ordre dispersé

Syngenta (+1,4%) a conservé son avance jusqu'à la ligne d'arrivée. L'agrochimiste rhénan a confirmé le dépôt par son soupirant chinois ChemChina d'une demande auprès du gendarme américain de la concurrence pour valider leur union.

ABB s'est enrobé de 0,7%, soutenu par la performance affichée par son concurrent américain General Electric dans le domaine énergétique. Le conglomérat zurichois surfe par ailleurs toujours sur l'euphorie suite aux trois gros contrats communiqués la semaine dernière.

Zurich Insurance a pris 0,5%, suite à l'annonce de la suppression de quelque 240 postes de travail supplémentaires au Royaume-Uni, après avoir déjà biffé plus de 120 places en Suisse. Un courtier relaie par ailleurs des rumeurs d'augmentation par l'assureur de la rémunération de ses actionnaires.

Les bancaires ont terminé en ordre dispersé, Credit Suisse s'offrant 1,0% et UBS cédant 0,5%. Julius Baer a abandonné 0,9%. La banque aux deux voiles devrait connaître une année de profonde mutation, dit-on dans les salles de marché. Vendredi prochain, son homologue aux trois clés devrait lever le voile sur ses chiffres trimestriels.

Galenica lanterne rouge

Les poids lourds ont aussi affiché leurs divergences. Si Nestlé et Roche (+0,2%) ont soutenu l'indice, Novartis (-0,3%) a fait office de frein moteur.

La lanterne rouge est revenue à Galenica (-2,1%), qui poursuit le recul entamé la veille dans le sillage de la publication de ses chiffres de ventes. Pour le moment, seule la banque Vontobel a revu ses estimations pour le titre, relevant légèrement son objectif de cours. Actelion (-1,6%) a aussi fait grise mine.

Swisscom (-1,1%) s'est retrouvé à la peine, après avoir vu son objectif raboté par JPMorgan, qui a confirmé sa recommandation de vente (underweight), jugeant que le durcissement de la concurrence sur le marché suisse des télécommunications, ainsi que les dispositions réglementaires et les cycles technologiques ont conduit à une baisse constante de la valeur du titre.

Sunrise (+0,5%) a au contraire conquis du terrain, s'attirant les faveurs de JPMorgan qui lui octroie "overweight".

Parmi les perdants figurent également Givaudan (-0,4%) et Bâloise (-0,8%).

Sur le marché élargi, Dätwyler a cédé 1,6% après présentation de ses résultats provisoires 2016. BB Biotech a engrangé 0,8%, en dépit d'une perte nette au quatrième trimestre. Compagnie Financière Tradition s'est offert 2,0%, malgré un chiffre d'affaires 2016 en recul. Bell a grignoté 0,1%, avoir englouti le producteur de pâtes et de tofu Frostag.

ATS