Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Swiss Market Index (SMI) a cédé 0,43% à 8426,15 points (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La Bourse suisse a terminé dans le rouge une journée maussade mardi, malgré des performances honorables de Credit Suisse et surtout d'Aryzta. Les poids lourds ont bridé toute velléité de rebond, sur fond de prises de bénéfice.

Les données conjoncturelles publiées dans la zone Euro ont aussi freiné les marchés sur le vieux continent. C'est le cas notamment de la croissance en Allemagne au quatrième trimestre, inférieure aux prévisions.

Le Swiss Market Index (SMI) a cédé 0,43% à 8426,15 points, le Swiss Leader Index (SLI) 0,17% à 1342,68 points et le Swiss Performance Index (SPI) 0,34% à 9231,04 points. Sur les trente principales capitalisations, dix ont terminé en hausse et vingt en baisse.

Credit Suisse bondit

Credit Suisse (+2,3%) semble avoir rassuré les détenteurs de capitaux avec sa performance en fin d'année dernière. La banque aux deux voiles accuse certes une perte nette plus importante encore qu'anticipé par les marchés, mais le produit d'exploitation et les charges ont surpris en bien, dépassant les prévisions de la direction. Cette dernière a par ailleurs annoncé la suppression d'au moins 5500 emplois supplémentaires d'ici la fin de l'année.

Avec un bond de plus de 11%, Aryzta s'est adjugé l'étape du jour. En cours de journée, le titre a gagné jusqu'à 20%. Le boulanger industriel a suscité les applaudissements nourris des investisseurs, après l'avertissement sur bénéfice de fin janvier.

Le directeur général (CEO) Owen Killian, le directeur financier et des opérations Patrick McEniff et le CEO Amérique John Yamin ont annoncé leur démission d'ici fin 2017. Trois nouveaux directeurs ont été immédiatement nommés pour la période transitoire.

Adecco (+0,8%), Julius Baer (+0,8%) ou encore les assureurs Zurich Insurance et Swiss Life (+0,6%) ont aussi tiré leur épingle du jeu.

Pharmas en repli

L'indice de référence de la place zurichoise n'a toutefois pas pu contenir la pression des mastodontes pharmaceutiques Roche, lanterne rouge avec -1,1% et Novartis (-0,5%), ni de la multinationale agroalimentaire Nestlé (-0,9%).

Actelion (-0,3%) n'a offert qu'une molle résistance à la morosité ambiante, en dépit de résultats annuels éclatants. La plus grosse biotech d'Europe renonce au versement d'un dividende, en raison de l'offre imminente que doit présenter Johnson & Johnson pour ses activités déjà bien établies.

Syngenta a abandonné 0,4% après la prolongation par le gendarme américain de la concurrence du délai pour l'examen de son rachat par ChemChina.

Sur le marché élargi, Evolva a décollé de 12,7%, après le lancement d'un complément alimentaire incolore, inodore et sans goût. Bell s'est enrobé de 0,9%, qui a vu son chiffre d'affaires prendre l'ascenseur en 2016. Le charcutier et traiteur industriel doit encore présenter ses résultats détaillés d'ici une dizaine de jours.

ATS