Toute l'actu en bref

Le SMI, l'indice vedette de la Bourse suisse, a plongé dans le rouge vendredi après-midi (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a fini en forte baisse vendredi. A la clôture, l'indice vedette SMI reculait de 1,71% à 7960,85 points.

Après une séance sans orientation précise autour des 8000 points, le SMI a plongé dans le rouge dans l'après-midi, à tel point que le résultat hebdomadaire est négatif pour la première fois du mois. L'ambiance a été plombée par la déception causée par la banque centrale japonaise (BoJ), qui a renoncé à un nouvel assouplissement de sa politique monétaire, ainsi que par les données conjoncturelles mitigées en provenance de la zone euro.

En Suisse, Credit Suisse et Swiss Re se sont retrouvées sous pression, la banque à l'occasion de son assemblée générale houleuse et le réassureur après la publication de ses résultats trimestriels.

Dans l'après-midi, les vents contraires ont également soufflé depuis les États-Unis, où les Bourses ont entamé la séance dans le rouge, après des données conjoncturelles décevantes. La dégradation du moral des consommateurs et de l'activité économique dans la région de Chicago a laissé des traces à Wall Street.

Credit Suisse boit la tasse

Le Swiss Leader Index (SLI) s'est étiolé de 1,58% à 1228,14 points et l'indice élargi Swiss Performance Index (SPI) de 1,48% à 8566,82 points. Sur les trente principales cotations, toutes hormis Clariant, ont bouclé la séance dans le rouge.

Credit Suisse (-4,1%) a bu la tasse le jour de la tenue de son assemblée générale. Le président Urs Rohner a défendu le directeur général Tidjane Thiam et sa stratégie et tenu des propos encourageants. Malgré la fronde de certains actionnaires, toutes les propositions du conseil d'administration ont été approuvées.

UBS (-1,2%) s'en est nettement mieux sorti. Selon un article du Financial Times, la banque aux trois clés entend réorganiser ses activités de gestion de fortune afin de réaliser des économies de plusieurs centaines de millions de francs par an. La banque compte pour cela supprimer "des centaines de postes". Le plan de dégraissage devrait être dévoilé mardi prochain à l'occasion de la présentation des résultats trimestriels.

Recul pour Swiss Re

Swiss Re (-3,7%) a également retenu l'attention, après une séance pourtant entamée sur une note positive. Les bénéfices trimestriels ont nettement dépassé les attentes du marché, mais les experts font la fine bouche à propos du renforcement des réserves de la principale division P&C Reinsurance.

Adecco a également nettement perdu du terrain (-4,2%), mais il faut dire que l'action était traitée hors dividende de 2,40 francs.

Les poids lourds pharma n'ont pas été d'un grand secours, Novartis (-2,1%) reculant légèrement plus que Roche (-1,9%). Selon des observateurs, on assiste à des ventes à découvert sur le bon de jouissance Roche après des informations sur l'intention de Novartis de céder sa participation dans son concurrent.

Clariant (+1,1%) a fini tout seul dans le vert parmi les blue chips, après avoir déjà engrangé plus de 8% la veille dans le sillage de chiffres trimestriels convaincants, ce qui a incité plusieurs instituts à revoir à la hausse leurs estimations pour le titre.

sda-ats

 Toute l'actu en bref