Toute l'actu en bref

La situation économique est stable en Suisse et les plus grands risques conjoncturels sont actuellement d’ordre politique, estiment Travail.Suisse et ses alliés (image symbolique).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

Alors qu'une croissance globalement "solide" se profile en 2016, l’engagement et la flexibilité des travailleurs doivent être récompensés, juge Travail.Suisse. L'organisation faîtière indépendante des travailleurs revendique une hausse salariale de quelque 1%.

Seul le marché de l'emploi subit encore "clairement" les contrecoups de la suppression du taux plancher liant franc et euro, ont indiqué mardi devant la presse à Berne Travail.Suisse et les organisations affiliées Syna, transfair et Hotel & Gastro Union.

Pourtant, une croissance économique de 1,4% est prévue pour 2016 et l'industrie donne des signaux de plus en plus positifs, alors que l'euro s'est stabilisé aux environs de 1,10 franc, constatent-elles.

Rôle de la consommation

Les employés ont accepté des prolongations temporaires du temps de travail. De plus, les maigres hausses de salaires ont contribué au maintien de la compétitivité des entreprises, ont relevé les quatre associations.

Celles-ci en appellent conséquemment à la levée des mesures particulières prises dans le cadre de la réévaluation du franc et à des augmentations de salaire "applicables à la grande majorité des entreprises". L'équilibre entre travail, temps libre et vie familiale doit également faire l'objet de plus d'attention.

Face notamment aux incertitudes liées d'une part à la mise en oeuvre de l'initiative populaire "Contre l'immigration de masse" et, d'autre part, au Brexit, une augmentation du pouvoir d'achat est "judicieuse aussi d'un point de vue économique" pour que la consommation privée reste le plus important pilier conjoncturel, prônent la centrale syndicale et les fédérations affiliées.

sda-ats

 Toute l'actu en bref