Toute l'actu en bref

François Hollande: ratifier l'accord, "17 (Etats) l'ont déjà fait. Les premiers ne sont toutefois pas les plus grands émetteurs, mais les plus grands frappés par les catastrophes naturelles".

KEYSTONE/URS FLUEELER

(sda-ats)

François Hollande a signé mercredi le décret de promulgation de la loi de ratification de l'accord de Paris sur le climat. Le président français appelé l'Europe à faire de même avant la fin de l'année.

Conclu fin 2015, l'accord vise à maintenir la hausse de la température moyenne mondiale au-dessous de 2°C par rapport à la période préindustrielle en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

Ratifier l'accord, "17 (Etats) l'ont déjà fait. Les premiers ne sont toutefois pas les plus grands émetteurs, mais les plus grands frappés par les catastrophes naturelles", a relevé François Hollande lors d'une cérémonie de signature à l'Elysée. La Suisse ne l'a pas encore ratifié.

Avant la fin de l'année

"J'appelle à une mobilisation pour que l'Europe puisse être en ordre de marche à la fin de l'année", a ajouté le président français.

Une ratification par 55 pays représentant 55% des émissions de gaz à effet de serre est nécessaire pour que l'accord entre en vigueur. En avril, 175 Etats ont signé l'accord, étape préalable à la ratification.

Les chefs d'Etat et de gouvernement du G7 (Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie et Canada) ont promis lors de leur sommet fin mai de tout faire pour que l'accord entre en vigueur avant la fin de l'année.

Oslo vise la neutralité carbone

La Norvège, gros producteur d'hydrocarbures, va pour sa part viser la "neutralité carbone" dès 2030, soit 20 ans plus tôt que prévu, a décidé le Parlement norvégien. Le gouvernement a jugé l'initiative prématurée et onéreuse.

Malgré les réticences du gouvernement de droite, minoritaire au Parlement, les députés norvégiens ont adopté mardi soir par 54 voix contre 47 une résolution avançant de 2050 à 2030 l'objectif de ramener à zéro le volume net d'émissions de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique.

La quasi-totalité de la production électrique nationale étant déjà propre puisque d'origine hydraulique, le pays scandinave a une marge de manoeuvre limitée pour réduire ses émissions. Il devra, pour atteindre cet objectif, en grande partie recourir à l'achat de crédits compensatoires à l'étranger.

sda-ats

 Toute l'actu en bref