La poisse pour Murisier


 Toute l'actu en bref

Il a manqué 28 centièmes à Justin Murisier pour s'offrir une médaille en géant à St-Moritz. Un écart au goût amer pour le Valaisan, pas franchement aidé par la météo vendredi dans les Grisons.

Lors d'une première manche à la visibilité changeante, le soleil jouant à cache-cache avec les nuages, Justin Murisier a tiré le mauvais numéro avec son dossard 15. "Je pensais que la visibilité serait bonne pour mon passage, si bien que j'ai mis des verres pour le soleil sur mon masque. L'ombre est toutefois revenue juste avant mon passage", a-t-il raconté.

"Dans ces conditions, je ne me suis pas trop mal débrouillé. Je pense même qu'il aurait été difficile de faire mieux avec cette visibilité", a estimé celui qui était 12e après la manche initiale, avant de remonter au 8e rang à l'issue du second tracé, disputé quant à lui dans des conditions équitables. "J'ai eu de la malchance le matin par rapport à d'autres concurrents. Et selon moi, c'est lors de cette première manche qu'il faut chercher les 28 centièmes qui me séparent du podium", a-t-il regretté.

Le skieur du val de Bagnes n'a toutefois pas voulu jouer les Calimero. "La vraie malchance, c'est de se blesser. Et comme j'ai souvent eu des ennuis physiques dans ma carrière, j'ai appris à relativiser. Je me dis aussi que la météo sera bien un jour de mon côté", a-t-il relevé.

Sixième quatre jours plus tôt en combiné, Justin Murisier s'est dit "malgré tout satisfait" de ses Mondiaux. "Je ne suis pas venu à St-Moritz pour me contenter de deux tops 10. Il y a néanmoins eu de bonnes choses, qui prouvent que j'ai bossé dans la bonne direction", a noté celui qui s'est notamment montré plus rapide que le médaillé d'or Marcel Hirscher sur la seconde manche du géant. "Je dois encore franchir un petit palier, mais je sais que je ne suis plus très loin des tout meilleurs", a conclu le Valaisan.

Pour Marcel Hirscher, la chance a tourné vendredi dans les Grisons. Souvent battu de très peu cet hiver, et notamment lundi dernier par Luca Aerni en combiné (0''01 d'avance pour le Valaisan), l'Autrichien a eu les centièmes en sa faveur en géant. Cela lui a permis de résister aux assauts de son étonnant coéquipier, Roland Leitinger, classé au 2e rang à 0''25 de son leader.

"Cela a été une course tellement difficile, sans doute l'une des plus dures de la saison", a reconnu Marcel Hirscher. "Je me sens vidé, mais tellement bien", a expliqué le meilleur skieur du monde, déjà sacré en slalom (2013) et combiné (2015), mais qui n'avait encore jamais décroché l'or en géant.

"Cela fait six ans que je rêve de cette victoire. C'est quelque chose qui me tenait vraiment à coeur", a relevé celui qui avait dû déclarer forfait sur blessure à Garmisch en 2011, avant de se contenter deux fois de l'argent du géant à Schladming en 2013 et Beaver Creek en 2015, à chaque fois battu par Ted Ligety.

ATS

 Toute l'actu en bref