Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Verte argovienne Irène Kälin va remplacer Jonas Fricker au Conseil national dès la session d'hiver (archives).

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

L'islam devrait être reconnu comme religion officielle, plaide la nouvelle conseillère nationale Irène Kälin. Et Berne doit y mettre de l'argent, précise-t-elle avant de succéder cet hiver à Jonas Fricker qui se retire à cause de son dérapage sur l'Holocauste.

"Le modèle de coopération entre l'Etat et les religions est un succès", explique la députée verte argovienne de 30 ans dans un entretien publié vendredi dans 24 Heures et la Tribune de Genève. "Après la guerre du Sonderbund, les autorités ont mené une politique d'intégration pour que protestants et catholiques puissent mieux cohabiter. On a ensuite intégré les juifs. Il n'y a pas de raison que cela ne fonctionne pas avec les musulmans".

Pour cette islamologue de formation qui prêtera serment lors de la session d'hiver, il faudrait que les autorités investissent de l'argent afin d'établir des structures professionnelles, comme c'est le cas pour les Eglises reconnues. "Si ces structures n'ont pas suffisamment de ressources financières, il y a le risque qu'elles en reçoivent d'Etats qui ne partagent pas nos valeurs", avertit-elle.

Quant à la formation des imams, l'Argovienne, qui siège aussi au Grand Conseil, estime que la Suisse doit s'engager dans le domaine. C'est nécessaire pour lutter contre la radicalisation. "Certains imams ne connaissent ni notre langue ni notre culture. Il y en a même qui ne respectent pas notre Etat de droit", souligne-t-elle.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS