Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sergueï Choïgou est le ministre russe de la Défense depuis 2012 (archives).

KEYSTONE/AP Russian Defence Ministry/BALASHOVA OLGA

(sda-ats)

L'armée russe a créé un département chargé de mener une guerre de l'information. La propagande est devenue une arme dont la puissance et l'efficacité sont sans précédent dans l'histoire, a déclaré le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, mercredi.

"La propagande doit être intelligente, spécialisée et efficace", a déclaré Choïgou devant les députés de la Douma, selon des propos rapportés par l'agence officielle Tass.

La communauté du renseignement américaine observe avec une grande attention les activités de la Russie dans ce domaine. Elle a établi que le Kremlin était à l'origine des piratages de la campagne présidentielle démocrate afin de favoriser l'élection de Donald Trump.

Les agences européennes estiment, elles, que Moscou va tenter d'influencer l'élection présidentielle en France, fin avril et début mai, ainsi que les élections générales en Allemagne en septembre. Le Kremlin pourrait ainsi favoriser des candidats favorables à la Russie.

Efficacité inédite

Choïgou a expliqué aux députés de la Douma que les personnels employés dans cette guerre de l'information disposaient d'une compétence et d'une efficacité inédite.

Ces unités de l'armée russe ont été "principalement créées pour protéger les intérêts de la défense nationale et pour des activités de lutte dans la sphère de l'information", a expliqué Vladimir Chamanov, président de la Commission de la Défense de la Douma.

"Le conflit de l'information est fondamentalement une composante du conflit général. Compte tenu de cela, la Russie a entrepris des efforts pour constituer des structures intervenant dans ce domaine", a ajouté Chamanov.

La semaine passée, le général Petr Pavel, qui préside la commission militaire de l'Otan, avait accusé la Russie d'être à l'origine d'une fausse information selon laquelle des soldats allemands de l'Alliance atlantique étaient responsables d'un viol en Lituanie.

ATS