La sanglante "guerre contre la drogue" prolongée aux Philippines


 Toute l'actu en bref

Le président philippin Rodrigo Duterte a reconnu un grave problème de corruption au sein de la police (archives).

KEYSTONE/EPA PPD/ACE MORANDANTE / PPD / HANDOUT

(sda-ats)

Le président philippin Rodrigo Duterte a annoncé lundi qu'il prolongeait jusqu'à la fin de son mandat, en 2022, la sanglante "guerre contre la drogue". Elle a déjà fait des milliers de morts.

Le chef d'Etat populiste a dans le même temps reconnu un grave problème de corruption au sein de la police. De nombreuses voix s'inquiètent du fait que les policiers "ripoux" jouissent désormais d'une impunité dans le cadre de la campagne nationale contre les stupéfiants.

Plusieurs affaires sordides de meurtres et d'extorsion, impliquant les forces de l'ordre, ont été révélées ces dernières semaines, dont celle d'un homme d'affaire sud-coréen enlevé par des policiers et assassiné au sein même du siège de la police nationale.

"C'est dans votre sang"

M. Duterte a estimé que 40% des policiers étaient corrompus. "Vous, les policiers, vous êtes les plus corrompus. Vous êtes corrompus jusqu'à la moelle. C'est dans votre sang", a-t-il dit. Il a promis de "nettoyer" la police en passant en revue tous les cas d'agents ayant trempé dans des affaires d'extorsion.

On ignore ce que sera la portée de cette déclaration. Le président a toujours promis de soutenir les policiers impliqués dans la "guerre contre la drogue" et a affirmé qu'aucun ne devait s'inquiéter de conséquences judiciaires s'il tuait un trafiquant de drogue.

M. Duterte a été élu en mai en promettant de régler dans les trois à six mois le fléau de la drogue, quitte à tuer des milliers de trafiquants et de toxicomanes.

Depuis son investiture fin juin, les policiers ont tué plus de 2500 "suspects". Dans le même temps, près de 4000 personnes ont péri dans des circonstances inexpliquées, leur dépouille étant souvent retrouvée abandonnée dans la rue près d'un bout de carton accusant la victime d'être un toxicomane ou un trafiquant.

Aux Philippines, le président est élu pour un mandat unique de six ans.

ATS

 Toute l'actu en bref