Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Vice-champion en titre, le Ghana a commencé sa CAN 2017 par une victoire étriquée contre l'Ouganda (1-0).

Les Black Stars se sont qui plus est imposés sur un simple penalty obtenu par Gyan et transformé par Andre Ayew, mardi à Port-Gentil.

Il était censé y avoir un gouffre entre, d'un côté, le Ghana quadruple vainqueur de l'épreuve (1963, 1965, 1978, 1982) et qui est allé au moins jusqu'en demi-finale des cinq dernières éditions, et de l'autre, un Ouganda qui retrouvait la compétition après 39 ans d'absence. Contrairement aux matches précédents de cette CAN gabonaise où les outsiders font parfaitement jeu égal avec les favoris, ce match a bien respecté la hiérarchie, mais pas de manière extrême.

Car le Ghana - qui a évolué sans le futur ex Sédunois Assifuah - a offert deux visages: conquérant dans la première demi-heure, jusqu'à trouver l'ouverture du score sur un penalty de l'aîné des frères Ayew (32e), puis moins dominateur, voire parfois en souffrance.

Après le but, les Ougandais ont proposé un net regain dans le jeu, poussant leurs adversaires dans leurs retranchements tout en s'y montrant singulièrement brouillons. La faute aussi à la solide défense du Ghana.

Le Mali et l'Egypte n'ont pas pu se départager dans le deuxième match de cette poule (0-0). Cette partie a été marquée avant tout par l'apparition inattendue du gardien égyptien Essam El-Hadary. L'ancien portier du FC Sion est devenu à 44 ans le joueur le plus âgé à disputer une phase finale de la CAN.

Remplaçant au coup d'envoi, El-Hadary est entré en jeu à la 25e minute après la blessure du titulaire Ahmed El-Shenawy. L'Egypte alignait dès le coup d'envoi deux autres anciens joueurs de Super League (les ex Bâlois Elneny et Salah). Omar Gaber, qui défend d'ordinaire les couleurs du FCB, n'est en revanche pas rentré.

ATS