Berne - Le Conseil fédéral n'assume pas suffisamment sa fonction de pilotage stratégique politique. Les commissions de gestion du Parlement s'inquiètent des dérives qui en découlent. Elles attendent un changement de cap par le biais de la réforme du gouvernement à venir.
Les commissions de gestion des Chambres fédérales ont publié un rapport d'évaluation, qu'elles ont commandé au Contrôle parlementaire de l'administration. Ses conclusions sont sévères: le pilotage stratégique politique par le Conseil fédéral est "axé sur le cas par cas" et le gouvernement "accorde un rôle plutôt secondaire à ce processus".
Ces lacunes se sont manifestées dans des affaires comme la nomination de l'ancien chef de l'armée (affaire Nef), le fonctionnement des autorités de poursuite pénale (affaire Roschacher), le pilotage du personnel et l'affaire Tinner, ont critiqué les commissions.
Pour elles, le pilotage à court terme pose également problème. Et de citer la crise libyenne, le crise des marchés financiers ou le désaccord fiscal avec les Etats-Unis concernant l'UBS. L'étude relève que le Conseil fédéral ne dispose guère de temps, lors de ses séances hebdomadaires habituelles (d'une durée moyenne de trois heures), pour les questions de stratégie.
"Le Conseil fédéral doit à l'avenir accorder l'accent prépondérant à la conduite stratégique des affaires", ont exigé les commissions. Il dispose d'une marge de manoeuvre considérable pour optimiser la situation.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

SWI plus banner

  • Des infos pertinentes et compactes
  • Des questions et des réponses pour la Cinquième Suisse
  • Discuter, débattre, réseauter

Un seul clic, mais un Plus pour vous !


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.