Toute l'actu en bref

Antoine Deltour photographié ici au début de son procès, a été entendu pour la première fois ce mardi.

/EPA/JULIEN WARNAND

(sda-ats)

Protagoniste emblématique de l'affaire LuxLeaks, Antoine Deltour s'est dit "fier" d'avoir fait avancer le débat fiscal en Europe, lors de son procès mardi à Luxembourg. Il est accusé d'avoir organisé la fuite de centaines de documents fiscaux.

"J'éprouve une certaine fierté d'avoir contribué à ces avancées importantes pour la fiscalité en Europe", a-t-il déclaré à la barre. C'était sa première audition dans ce procès qui a débuté il y a une semaine. Il encourt jusqu'à 10 ans d'emprisonnement.

Employé du cabinet d'audit PricewaterhouseCoopers (PwC), il est poursuivi pour vol domestique, divulgation de secrets d'affaires, violation de secret professionnel et blanchiment. La fuite des documents a été organisée par l'intermédiaire du journaliste Edouard Perrin, 45 ans, également entendu au procès mardi matin.

Prise de conscience internationale

Ces rescrits fiscaux (ou "rulings"), des accords passés entre l'administration fiscale et PwC pour le compte de ses clients, avaient été publiés dans l'émission Cash Investigation diffusée en mai 2012 sur la chaîne publique France 2 et dans le cadre des "LuxLeaks" publiés en novembre 2014. Le publication a provoqué une prise de conscience internationale de l'industrie de l'optimisation fiscale.

Interrogé par le juge sur son état d'esprit à la suite du grand déballage, Antoine Deltour s'est dit "surpris" de l'apparition de l'ensemble des documents, mais aussi "satisfait" que le débat fiscal prenne une telle ampleur. "On pouvait espérer que l'indignation suscitée aboutisse à des actions politiques concrètes", a-t-il souligné.

Le déclenchement de l'affaire avait finalement poussé la Commission européenne, présidée par Jean-Claude Juncker à agir pour une meilleure coopération entre Etats dans le domaine fiscal. Une directive sur l'échange automatique de "rulings" fait l'objet d'un accord politique en novembre 2015 durant la présidence luxembourgeoise de l'Union européenne.

Le journaliste Edouard Perrin

Antoine Deltour, calme, presque sans hésitation, a ensuite détaillé sa prise de contact avec le journaliste Edouard Perrin, faite à l'initiative de ce dernier après qu'il eut remarqué un commentaire bien informé du lanceur d'alerte sur un blog.

Le journaliste est de son côté poursuivi pour violation du secret professionnel et violation de secrets d'affaires. "Je ne suis ni un commanditaire ni un voleur", a déclaré Edouard Perrin à la presse à la sortie de la salle d'audience. Il y avait auparavant affirmé que "tout journaliste doit entrer en possession des éléments de preuve".

Parce qu'il estime avoir tout simplement "fait son travail", Edouard Perrin, visiblement heureux d'avoir pu être entendu en cette journée internationale de la liberté de la presse, vise la relaxe.

Le procès reprendra mercredi avec le début des plaidoiries. Il pourrait se prolonger le 10 mai alors que les débats devaient initialement s'achever mercredi.

sda-ats

 Toute l'actu en bref