Le MassChallenge Suisse s'ouvre sur la ville pour sa 2e édition


 Toute l'actu en bref

Les hautes technologies vont rester au centre des start-ups que souhaite attirer MassChallenge Suisse (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Retraités, familles ou autres citoyens pourront héberger le responsable d'une start-up qui est accélérée en incubateur. Pour sa seconde édition qui sera lancée mardi, MassChallenge Suisse veut s'ouvrir sur la ville et attirer 800 candidats, contre 450 en 2016.

"Tout le monde peut contribuer" en hébergeant un jeune entrepreneur, a affirmé à l'ats la directrice des opérations de la Fondation Inartis qui pilote l'incubateur de Renens (VD) Juliette Lemaignen. L'objectif n'est pas de "trouver des lits" mais plutôt de provoquer un "effet de levier" pour se mêler davantage à l'écosystème. MassChallenge estime possible de trouver 30 à 40 personnes.

Chacune pourra choisir d'accueillir quelqu'un actif dans un domaine proche de ses affinités. Elle sera indemnisée pour les frais liés à cet hébergement. Le syndic de Renens s'est de son côté déjà dit intéressé à abriter un patron de start-up.

Mardi en fin d'après-midi, la deuxième édition de MassChallenge Suisse sera lancée de manière acrobatique. Des artistes offriront un spectacle aérien aux curieux au centre de Lausanne. Une manière d'incarner l'innovation mais les participants de l'année dernière seront également présents.

Coté accélération, MassChallenge va à nouveau retenir environ 70 projets pour son incubateur, pas davantage, pour maintenir la qualité des jeunes pousses associées. Il souhaite 50% d'entreprises étrangères. En 2016, des projets de 50 pays avaient été présentés mais ceux retenus venaient avant tout de Suisse.

Les thématiques vont rester les mêmes. Un tiers des entreprises choisies l'an dernier étaient actives dans les hautes technologies. Un quart était lié au commerce de détail et aux biens de consommation et un autre quart portait sur la santé et les sciences de la vie. Et les entreprises présentes dans le social constituaient 12% et 6% travaillaient sur l'énergie, notamment sur l'énergie propre.

ATS

 Toute l'actu en bref