Toute l'actu en bref

La cote de Sadiq Khan au plus haut avant le scrutin de jeudi (archives)

KEYSTONE/AP/FRANK AUGSTEIN

(sda-ats)

Le candidat travailliste à la mairie de Londres, Sadiq Khan, a creusé son avance mercredi dans les sondages. Il conforte ses chances de remplacer le conservateur Boris Johnson et de devenir ainsi le premier maire musulman d'une grande capitale occidentale.

Après une campagne marquée par les polémiques, notamment concernant la religion de M. Khan et ses fréquentations lorsqu'il était avocat des droits de l'Homme, ce fils d'un conducteur de bus pakistanais affichait à la veille du scrutin une avance de plus de 10 points sur le candidat conservateur, le milliardaire Zac Goldsmith.

Un sondage Opinium publié mercredi par le quotidien Evening Standard lui donne 35% des intentions de votes de première préférence, contre 26% pour Zac Goldsmith. En allouant ensuite les votes de deuxième préférence (c'est-à-dire le candidat pour lequel les électeurs se prononcent en 2e position), le travailliste conforte davantage son avance avec 57% des intentions de vote contre 43% pour le conservateur.

Un deuxième sondage, réalisé par ComRes pour la télévision ITV et la radio LBC, donne 45% des votes de première préférence à M. Khan contre 36% à M. Goldsmith. Après allocation des voix de deuxième préférence, le travailliste monte à 56% et le conservateur à 44%.

Soucieux de voir les électeurs se déplacer dans les bureaux de vote jeudi, Sadiq Khan a toutefois appelé à la prudence. Il a estimé que tout dépendrait en définitive du taux de participation.

Pour Tony Travers, professeur à la London School of Economics (LSE), "on ne peut pas dire que les jeux sont faits". "La plupart des gens pensent que plus le taux de participation sera faible, plus ce sera positif pour Zac Goldsmith", a-t-il dit dans le journal Evening Standard.

Dernières salves

Sadiq Khan a en outre dénoncé mercredi "une campagne désespérée" du camp conservateur qui a tenté d'instrumentaliser sa religion. "Je suis déçu que les conservateurs et Zac Goldmith aient décidé de mener une campagne négative, qui divise et qui est de plus en plus désespérée", a-t-il déclaré lors d'une visite dans un marché du sud de Londres.

"Je vais continuer à rester positif jusqu'à la fermeture des bureaux de vote demain (jeudi). Et espérons-le, si je gagne, je serai le maire qui unit notre ville à nouveau, qui réunit les communautés", a-t-il ajouté.

sda-ats

 Toute l'actu en bref