Le pic de pollution s'étend dans l'Est et l'Ouest, Paris en alerte


 Toute l'actu en bref

En Ile-de-France, où les véhicules les plus polluants seront interdits de circulation lundi (archives).

KEYSTONE/AP/MICHEL EULER

(sda-ats)

Le nouveau pic de pollution qui touche plusieurs régions de l'Hexagone, dont l'Ile-de-France, s'est étendu dimanche dans la majeure partie de Rhône-Alpes et dans l'ouest de la France. Il a contraint les autorités à prendre des mesures.

En Rhône-Alpes, le seuil d'alerte à la pollution par les particules fines a touché dimanche après-midi 12 des 17 zones de suivi et tous les départements. Ainsi, les départements de la Drôme, de l'Ardèche, de la Loire et de la Savoie ont rejoint le Rhône, l'Isère, la Haute-Savoie et l'Ain dans cet épisode de pollution lié à la combustion, selon les communiqués des différentes préfectures.

"Lundi, la situation anticyclonique devrait perdurer, toujours favorable à l'accumulation de la pollution. La persistance sur certaines zones conduit au passage en niveau d'alerte", souligne Air Rhône-Alpes.

En Bourgogne, le seuil d'alerte à la pollution aux particules a aussi été déclenché dans l'Yonne, la Nièvre et la Saône-et-Loire, a fait savoir Atmosf'air Bourgogne, qui n'annonce pas plus d'amélioration pour le début de semaine.

A Grenoble, qui connaîtra lundi son 4e jour de pic de pollution, les grands axes d'accès sont réduits à 70 km/h après les derniers péages en direction de la métropole alpine.

Véhicules polluants interdits

Partout, ces dépassements de seuils d'alerte ont déclenché l'obligation de réduire la vitesse sur les routes de 20km/h, l'interdiction de brûler des déchets verts et d'allumer des feux de cheminées d'appoint ou d'agrément.

Des mesures semblables ont été prises dans l'ouest de la France. La Bretagne, les Pays de la Loire ainsi que l'Eure et la Seine-Maritime en Normandie ont été placés eux aussi en procédure d'alerte pollution.

L'ensemble des départements des Pays de la Loire (Mayenne, Sarthe, Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Vendée) seront, eux, placés lundi en procédure d'alerte pollution.

En Ile-de-France, où les véhicules les plus polluants seront interdits de circulation lundi, une première, le seuil d'alerte aux particules fines (au-dessus de 80μg/m3) devait de nouveau être dépassé dimanche, selon Airparif, chargé de la surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France.

"On a prévu de dépasser le niveau d'alerte ce dimanche ainsi que demain", estime Charles Kimmerlin, prévisionniste chez Airparif.

Ce nouvel épisode de pollution est lié à "une situation anticyclonique et un temps froid et sec, associé à peu de vent et à une inversion de températures, qui va créer une cloche au-dessus de l'Ile-de-France et plaquer les polluants au sol", explique le prévisionniste.

"Ce sont ces paramètres qui vont faire que toutes les émissions de polluants générées par les activités humaines, notamment le trafic routier et le chauffage résidentiel, vont (...) se concentrer au-dessus de l'Ile-de-France", poursuit-il, une explication valable pour les autres régions, qui connaissent les mêmes conditions météo.

ATS

 Toute l'actu en bref