Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Si la loi est modifiée, le prince Naruhito, ici au côté de son épouse la princesse Masako, pourrait remplacer son père, qui souhaite abdiquer. (archives).

KEYSTONE/AP/KOJI SASAHARA

(sda-ats)

Le prince héritier du Japon Naruhito a laissé entendre qu'il était prêt à assumer les fonctions de son père, âgé de 83 ans. Le pays se prépare à vivre la première abdication d'un empereur en deux siècles.

L'empereur Akihito avait lui-même succédé en 1989 à son père décédé Hirohito. En août dernier, il avait avait laissé filtrer son souhait d'abdiquer, exprimant sa crainte que la vieillesse ne l'empêche à l'avenir d'exercer de façon pleine et entière son rôle de "symbole de la Nation".

Mais, en vertu de la loi régissant la Maison impériale, l'Empereur du Japon n'est pas autorisé à abandonner le trône du Chrysanthème de son vivant. Naruhito, qui a fêté son 57e anniversaire jeudi, avait tenu une conférence de presse annuelle deux jours auparavant. "Ebranlé" par l'annonce faite par son père, il s'était montré prêt à relever le défi.

En phase avec l'époque

En termes indirects et soigneusement choisis, il a fait savoir qu'il était chaque jour plus conscient de la responsabilité qui l'attendait. "Je voudrais prendre cela à coeur avec sérieux et travailler sur mes devoirs sans jamais en détacher mon esprit", a déclaré le fils aîné d'Akihito.

Il a ajouté vouloir "jouer pour la maison impériale un rôle en phase avec les besoin de chaque ère", dans une allusion a chaque règne. Et ce rôle "change d'une ère à l'autre alors qu'un vent nouveau souffle sur chacune d'elle".

Une commission mise en place par le gouvernement avait il y a un mois préconisé l'adoption d'une législation spéciale pour autoriser l'empereur Akihito à abdiquer. Ce groupe de six personnalités choisies par le Premier ministre Shinzo Abe avait rendu publiques plusieurs recommandations et devrait annoncer son choix définitif en mars.

ATS