Le rééquipement tourne à plein régime en Suisse


 Toute l'actu en bref

Le scandale VW est loin d'être réglé en Suisse sur le plan judiciaire (archives).

KEYSTONE/EPA/IAN LANGSDON

(sda-ats)

Le rééquipement de véhicules du groupe allemand Volkswagen (VW), ayant un moteur diesel truqué, tourne à plein régime en Suisse. Plus de 50'000 clients ont fait le nécessaire.

Aujourd'hui, les mises à jour de logiciel pour près de 140'000 véhicules sont disponibles en Suisse et d'autres versions de logiciel sont validées au fur et à mesure, a indiqué lundi l'importateur Amag dans un communiqué. Les clients ayant procédé au rééquipement sont "satisfaits de la solution technique", précise Amag.

L'Office fédéral allemand pour la circulation des véhicules à moteur (KBA) a confirmé que la mise en oeuvre des solutions techniques pour les modèles concernés n'avait "aucune influence négative sur les valeurs de consommation, les données de puissance et les émissions sonores", précise Amag. De plus, après le rééquipement, les véhicules répondent aux exigences légales ainsi qu'aux normes antipollution en vigueur.

Pas réglé sur le plan judiciaire

Si, sur le plan technique, on s'achemine vers une solution à court terme en Suisse, sur le plan judiciaire, c'est loin d'être réglé. Le Tribunal pénal fédéral (TPF) a donné son feu vert début décembre à l'ouverture d'une procédure pénale en Suisse contre Volkswagen AG, Amag ainsi que les organes d'Amag. Il a annulé une non-entrée en matière du Ministère public de la Confédération (MPC).

Le TPF admet le recours de l'avocat genevois, Jacques Roulet, qui avait déposé plainte pénale pour le compte de 596 personnes. Il a ordonné que le MPC prenne de manière urgente de premières mesures d'instruction pénale.

Quant aux indemnisations, contrairement aux Etats-Unis où plus de 15 milliards de dollars (15,12 milliards de francs) seront versés pour indemniser les voitures équipées de moteurs truqués, les clients suisses attendent toujours. Comme rien n'est entrepris en Suisse pour contraindre Amag ou VW à indemniser les propriétaires lésés, Me Roulet a saisi la justice civile genevoise au nom de deux clients pour obtenir des dommages et intérêts.

ATS

 Toute l'actu en bref