Toute l'actu en bref

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a rejeté les appels de 17 membres de l'équipe russe d'aviron contre leur exclusion des JO de Rio par la Fédération internationale (Fisa).

Il s'agit de la première réponse du TAS de Lausanne, actuellement délocalisé à Rio, sur les appels déposés par 30 sportifs russes exclus des JO par leur fédération internationale respective, à la suite du rapport McLaren du 18 juillet sur le dopage d'Etat en Russie.

Mardi matin, les représentants de deux de ces 30 sportifs, les nageurs Vladimir Morozov et Nikita Lobintsev, avaient affirmé à des médias russes que les deux sprinters avaient été autorisés à participer aux Jeux de Rio après leur appel au TAS. Mais le TAS n'a jamais confirmé cette information, pas plus que la Fina, la Fédération internationale de natation.

"Les deux sportifs ont saisi le TAS et la Fina comprend que cette cour a transmis ce cas au panel de trois personnes du CIO qui doit prendre la décision finale" quant à leur participation aux Jeux. Quand bien même le TAS donnerait en effet raison à Morozov et Lobintsev, c'est en effet au CIO qu'il revient, via ce panel qu'il a mis en place samedi, de valider l'éligibilité des sportifs russes à participer aux Jeux, après le premier tri effectué par les diverses fédérations entre sportifs russes impliqués ou non dans le système de dopage mis en place en Russie.

Cette décision est la deuxième du TAS dans le cadre du dossier russe, après son rejet le 21 juillet des appels de 67 athlètes russes contre leur exclusion par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF). Celle-ci n'avait repêché qu'une seule des 68 athlètes présentés par le Comité olympique russe, la sauteuse en longueur Darya Klishina, qui vit en Floride, aux Etats-Unis, et a donc pu justifier de contrôles antidopage crédibles.

sda-ats

 Toute l'actu en bref