Toute l'actu en bref

Le patrimoine historique enfoui ou bâti (ici à l'abbaye de St-Maurice) mérite, selon ses défenseurs, une véritable politique de protection et de valorisation.

KEYSTONE/OLIVIER MAIRE

(sda-ats)

L'urbanisation s'accélère depuis 50 ans et menace le patrimoine enfoui et bâti. Pour y remédier, le Valais lance un plan d'action. Présenté jeudi à Sion, il est soutenu par la Confédération.

En Suisse, et en Valais en particulier, le patrimoine enfoui et bâti fait les frais d'une urbanisation galopante: "Le Valais figure au quatrième rang des cantons ayant le plus construit, et cela sur 10% seulement de son territoire, là où se trouve aussi la plus grande partie de son patrimoine", a indiqué Claire Epiney-Nicoud lors d'Etats généraux organisés jeudi à Sion.

Le patrimoine historique enfoui et bâti est souvent fragile. Il souffre d'oubli et de méconnaissance, de restrictions budgétaires ou encore d'un manque de vision politique. Il est menacé d'une carence de relève parmi les chercheurs et d'un manque de transmission et de promotion auprès du public.

Une septantaine d'experts venus de tous horizons a planché durant deux ans sur les divers problèmes et proposé un plan d'action appelé "Mémoire 21 Valais-Wallis". Il a été remis officiellement jeudi à la conseillère d'Etat Esther Waeber-Kalbermatten.

Démarche pionnière

Le plan d'action s'articule autour de trente-deux mesures et s'étend sur dix ans, avec des résultats attendus par étapes. Parmi les mesures concrètes figurent la création d'un centre de compétence universitaire en patrimoine alpin et la réalisation d'un concept cantonal en matière d'information de la population.

Le projet Mémoire 21 Valais-Wallis est une démarche pionnière en Suisse qui bénéficie du soutien de la Confédération. Il découle d'une initiative commune de la société civile et de l'Etat du Valais, portée par l'Association valaisanne d'archéologie, a souligné Claire Epiney-Nicoud, coordinatrice du projet.

sda-ats

 Toute l'actu en bref