Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les plaques rouges sont typiques de la rougeole (archives).

KEYSTONE/URS FLUEELER

(sda-ats)

La rougeole ne s'est toujours pas éteinte en Suisse. Le nombre de cas de cette maladie a doublé en 2016 par rapport à l'année précédente. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a recensé 70 cas, selon les derniers chiffres.

Près de la moitié de ces cas sont dus à deux foyers à Lausanne et en Engadine. Le premier a fait 22 malades et le second 13. La majorité des personnes touchées n'ont pas été vaccinées ou avec une seule dose, selon l'OFSP. En 2015, 36 cas ont été enregistrés, et 22 en 2014.

On ne peut toutefois pas en conclure que la stratégie des autorités fédérales a échoué, a dit à l'ats un porte-parole de l'OFSP. Selon la mise en oeuvre de la stratégie nationale d'élimination de la rougeole 2011-2015, la maladie aurait dû être vaincue à la fin 2015.

"Nous évaluons actuellement cette stratégie", a indiqué le porte-parole. Un rapport devrait être publié à la mi-février. Le degré de vaccination est déterminant et non le nombre de nouveaux cas, rappellent les autorités sanitaires.

95% immunisés

Pour interrompre la circulation du virus dans un pays, au moins 95% de la population doit être immunisée, souligne l'OFSP. Cela implique que 95% des enfants, des jeunes et des adultes nés après 1964 ont reçu deux doses de vaccins contre la rougeole. Les autorités sanitaires estiment que les personnes nées avant cette date ont déjà développé la maladie puisqu'il n'existait pas encore de vaccin.

A deux ans, la couverture vaccinale avec une dose de vaccin se monte à 93% et à 86% avec deux doses, selon les chiffres les plus actuels (2014). L'action protectrice de la vaccination avec deux doses est évaluée à plus de 98%.

Une des plus contagieuses

La rougeole est l'une des maladies infectieuses les plus contagieuses. Les virus se transmettent par la voie des airs sous forme de petites gouttelettes ou lors d'un contact direct avec les secrétions nasales ou la salive d'une personnes malade, lorsqu'elle tousse ou éternue par exemple.

La personne contaminée est généralement contagieuse quatre jours avant l'apparition des éruptions cutanées typiques et jusqu'à quatre jours après; soit un total de neuf jours.

Sans complications, la maladie dure entre cinq et dix jours. Mais même après, le système immunitaire reste faible durant plusieurs semaines. En cas de complications, la maladie peut s'étendre sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Selon l'OFSP, la complication la plus fréquente est une pneumonie. Elle nécessite souvent un traitement stationnaire. Les otites sont aussi répandues. Dans de rares cas, une encéphalite apparaît des années plus tard. Elle tue les cellules du cerveau et mène toujours à la mort.

Un mort pour 3000 malades

Au niveau mondial, la rougeole tue environ 158'000 personnes chaque année. Ces cas sont principalement dus à des complications liées à une pneumonie ou à une encéphalite.

En Europe, les décès sont devenus rares grâce au système de santé efficace. En moyenne, pour 3000 malades déclarés, un seul mort est enregistré.

ATS