Toute l'actu en bref

Le centre d'achats Westside à Berne est une exception: il a accru son chiffre d'affaires l'année passée (archives).

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

Les centres commerciaux ont connu une mauvaise année 2015 en Suisse. Le franc fort et la concurrence de l'offre en ligne ont entraîné une baisse des ventes.

Le chiffre d'affaires de tous les centres commerciaux helvétiques a reculé l'année passée de 3% par rapport à l'exercice précédent, a indiqué jeudi leur organisation faîtière Swiss Council of Shopping Centers. La combinaison entre tourisme d'achat, érosion des prix et progression du commerce en ligne a mis à mal ces sites.

Selon une étude de l'institut de recherche GfK Switzerland, sept des dix centres commerciaux qui enregistrent les plus gros chiffres d'affaires ont subi une baisse des ventes, parfois importante pour certains. Le Centre Balexert à Genève et le Centre Emmen à Emmenbrücke (LU) ont ainsi vu leur chiffre d'affaires reculer de près de 6% en 2015.

Dans celui de Glatt à Wallisellen (ZH), le plus grand de Suisse en termes de chiffre d'affaires, le recul a été de 2,1%. Le centre de Sihlcity à Zurich a fait moins bien avec un repli de 3,6%. Le Shoppi Tivoli à Spreitenbach (AG), le Shoppyland à Schönbühl (BE) et la Shopping Arena à St-Gall accusent aussi une baisse par rapport à 2014.

Parmi les dix plus grands du pays, seuls Westside à Berne et le Zugerland à Steinhausen (ZG) ont légèrement accru leur chiffre d'affaires. Le centre Seedamm à Pfäffikon (SZ) a quant à lui réussi à préserver son résultat de l'exercice précédent.

Le "boom" s'essoufle

Ces dernières années, de nombreux nouveaux centres commerciaux ont ouvert leurs portes en Suisse. En 2015, la surface totale a crû de 1,9%. Mais à partir de maintenant, l'expansion des surfaces de vente va subir un net ralentissement, prévient GfK Switzerland. Cette année, seuls deux nouveaux petits centres devraient être inaugurés.

Le fait que la branche revoie ses ambitions à la baisse ne devrait toutefois pas être un désavantage, écrit GfK Switzerland. Les nouveaux complexes dédiés à la vente doivent être occupés par des locataires attractifs. Mais ce n'est plus aussi facile qu'autrefois, car beaucoup de commerces actifs dans le non alimentaire réduisent actuellement leur réseau.

Plus de cosmétiques

La palette des locataires des centres commerciaux s'est d'ailleurs déjà modifiée: de nombreux magasins d'électronique et agences de voyage ont fermé leurs filiales installées dans ces complexes, notamment parce que leurs clients ont migré sur internet.

D'autres prestataires de services, comme des médecins et des centres de santé, mais aussi des magasins de cosmétiques, se sont entre-temps engouffrés dans la brèche ainsi ouverte, explique GfK Switzerland. Les commerces de sport et d'habillement ont quant à eux stagné à un niveau élevé.

sda-ats

 Toute l'actu en bref