Toute l'actu en bref

Les Colombiens pourront se prononcer sur l'accord de paix avec les Farc: ici des étudiants en faveur d'une ratification de l'accord (archives).

KEYSTONE/EPA EFE/CHRISTIAN ESCOBAR MORA

(sda-ats)

La Colombie pourra organiser un référendum pour ratifier l'accord de paix final avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), a décidé lundi la Cour constitutionnelle. Ce jugement a été salué par le président Juan Manuel Santos.

"Le feu vert a été donné pour que ce soit nous, les Colombiens, qui approuvions par notre vote cet accord de paix", a déclaré M. Santos dans une allocution télévisée peu après l'annonce de la décision de la Cour constitutionnelle. L'accord doit mettre un teme à un demi-siècle de conflit armé.

Le président a rappelé "l'engagement solennel" qu'il avait pris en ce sens lorsqu'il avait lancé il y a près de quatre ans les négociations avec les Farc: "Je vous ai promis de le faire, parce que la paix est une intention et un objectif national, pour tous les Colombiens sans exception."

Huit heures de débat

La chambre plénière de la Cour, qui veille au respect de la Carta Magna (Constitution), a débattu pendant plus de huit heures sur le rapport du magistrat Luis Ernesto Vargas. Celui-ci devait vérifier la légalité du projet de loi, déjà approuvé par le Congrès.

La plus haute instance judiciaire colombienne "a déclaré conforme à la Constitution" le mécanisme par lequel le président pourra convoquer les Colombiens à se prononcer sur l'accord final de paix, a annoncé lors d'une conférence de presse la présidente de la Cour constitutionnelle, Maria Victoria Calle.

"La publication de l'accord final se fera simultanément à la présentation du rapport du président du Congrès sur la convocation d'un référendum, afin que le peuple et le Congrès puissent connaître opportunément le contenu de l'accord", a stipulé la Cour.

Le vote n'a pas été unanime, mais à la majorité. "Cela a varié selon les articles. Pour certains il y avait 7 voix contre 2, et pour d'autres 6 contre 3", a confié une source proche de la Cour.

Désarmement des rebelles

Le gouvernement du président Santos et les Farc négocient la paix depuis novembre 2012 à Cuba. L'organisation marxiste, apparue après un soulèvement paysan en 1964, est le principal et plus ancien groupe rebelle du pays.

Le 23 juin dernier, les deux parties se sont accordés sur les conditions d'un cessez-le-feu définitif et du désarmement des rebelles. Le conflit armé en Colombie, impliquant guérillas, paramilitaires et forces gouvernementales, a fait environ 260'000 morts, 45'000 disparus et 6,9 millions de déplacés.

sda-ats

 Toute l'actu en bref