Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

FORTA mettrait à disposition 3 milliards de francs par an pour financer l'exploitation et l'entretien des routes nationales, l'achèvement du réseau et l'élimination des goulets d'étranglement. Le projet prévoit en outre d'intégrer 400 km de routes cantonales au réseau national (Archives).

Keystone/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

Le fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération (FORTA), qui vise notamment l'élimination des goulets d'étranglement et l'extension du réseau des routes nationales, est soutenu par les entreprises de transport public. Le peuple votera le 12 février.

Deux tiers des trajets ont lieu sur la route, rappellent les entreprises de transports. FORTA garantit un financement routier solide et illimité dans le temps et constitue un outil important pour le cofinancement de projets dans le trafic d'agglomération, estiment l'Union des transports publics (UTP) et le Service d'information pour les transports publics (LITRA).

Environ 400 millions de francs seraient attribués chaque année à la route et à la circulation des trams, bus, vélos et piétons. "Les villes ont besoin du soutien permanent de la Confédération pour régler leurs problèmes de trafic", a déclaré mercredi René Schmied, directeur de BernMobil, lors d'une conférence de presse à Berne. UTP et LITRA ont montré comment le trafic d'agglomération pourrait profiter du fonds routier, qui sera soumis au vote le 12 février.

BERNMOBIL, CarPostal et Verkehrsbetriebe Luzern (les transports publics lucernois) ont présenté des projets qui n'auraient pas abouti sans la contribution de la Confédération, comme celui du tram Berne-Ouest, dont les infrastructures ont été financées pour moitié par la manne fédérale. Depuis, la part du transport public a grimpé de 10% sur cet axe, réduisant d'autant celle du transport motorisé individuel, et le nombre d'accidents a baissé.

Liaisons plus directes

Les chantiers à venir, dont la réalisation dépendra largement du verdict populaire, permettront des relations de correspondance plus simples à des arrêts attrayants, des liaisons de bus plus directes ainsi qu'une meilleure répartition modale des transports publics. Avec à la clef une plus grande satisfaction de la clientèle, assurent les entreprises de transports publics.

Nombre de programmes d'agglomération consistent en des projets de transports publics, en raison de leur excellent rapport coût-utilité, souligne l'UTP. L'organisation rappelle que deux tiers des courses en transport public sont effectuées sur la route, en tram, trolleybus ou autobus. FORTA est donc "indispensable", c'est la garantie d'un réseau routier performant et attrayant à long terme.

Bon pour l'économie

Et l'économie en profiterait autant que le transport public. "Le bon fonctionnement des transports publics est un avantage concurrentiel important de la Suisse", font valoir l'UTP et la LITRA. Cette dernière regroupe 235 membres issus de tous les secteurs des transports publics.

Au total, FORTA mettrait à disposition 3 milliards de francs par an, avant tout pour l'exploitation et l'entretien des routes nationales, l'achèvement du réseau et l'élimination des goulets d'étranglement. Le projet prévoit en outre d'intégrer quelque 400 kilomètres de routes cantonales au réseau national.

Les recettes proviendraient de la vignette autoroutière (100%), de l'impôt sur les huiles minérales (10%) et de la surtaxe (100%), de l'impôt sur les véhicules automobiles (100%), de la redevance sur les véhicules électriques (100%) ainsi que de la compensation des cantons pour l'extension du réseau des routes nationales.

ATS