Toute l'actu en bref

Zurich Insurance fait partie des entreprises du SMI qui devraient diminuer leur dividende l'an prochain (archives).

KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT

(sda-ats)

Les vingt entreprises du SMI, l'indice vedette de la Bourse suisse, devraient à nouveau verser au printemps prochain une somme record de 37,5 milliards de francs à leurs actionnaires. La croissance des dividendes connaît toutefois un sensible ralentissement.

La hausse devrait se limiter à 0,2% par rapport aux 37,4 milliards de francs distribués cette année, selon les projections du journal Finanz und Wirtschaft parues mercredi sur son site internet. La croissance des dividendes atteignait encore 4% au titre de l'exercice 2015. Il s'agirait de la septième hausse consécutive depuis la crise financière.

Depuis 2009, la somme totale des dividendes versés par les sociétés du SMI est passée de 25 à 37,5 milliards de francs, soit un bond de 50%. Mais le plafond pourrait avoir été atteint, estime Finanz und Wirtschaft.

Baisses possibles

Ce tassement reflète l'environnement plus difficile sur les marchés financiers et l'évolution en partie moins favorable des bénéfices. Pour la première fois depuis la crise financière, certaines entreprises du SMI pourraient même diminuer leur dividende. Parmi les candidats possibles figurent l'assureur Zurich et les grandes banques UBS et Credit Suisse.

Zurich Insurance devrait abaisser son dividende de 17 à 14 francs. Les actionnaires d'UBS ne bénéficieront plus l'an prochain d'un versement exceptionnel et le dividende normal devrait au mieux être stable, estime Patrik Schwendimann, analyste auprès de la Banque cantonale de Zurich (BCZ).

Et hausses sensibles

Quant au numéro deux bancaire helvétique, Credit Suisse, il est probable qu'il verse un dividende en baisse, car il doit actuellement renforcer ses fonds propres, note l'analyste. La question est ouverte de savoir si Swatch Group fera de même, malgré un confortable matelas de liquidités.

A l'inverse, le cimentier franco-suisse LafargeHolcim, le groupe de luxe genevois Richemont, l'assureur zurichois Swiss Life et le spécialiste st-gallois des techniques sanitaires Geberit devraient relever leur dividende de plus de 10% au titre de l'exercice 2016, selon les projections de Finanz und Wirtschaft.

Poids lourds

Le montant du dividende n'est pas forcément lié à la marche des affaires. Richemont veut ainsi continuer d'augmenter son dividende, malgré le risque d'une chute du bénéfice de moitié. Le groupe est en mesure de le faire, car il est assis sur une montagne d'argent de plus de 5 milliards d'euros, note Finanz und Wirtschaft.

Sans surprise, les champions des dividendes sont les trois poids lourds de la Bourse suisse: le géant vaudois de l'alimentation Nestlé et les groupes pharmaceutiques bâlois Roche et Novartis. Les trois sociétés maintiennent leur politique de dividende à long terme et devraient relever leur versement de 2 à 7%.

sda-ats

 Toute l'actu en bref