Toute l'actu en bref

Les négociations sur le régime d'assurance-chômage des intermittents du spectacle menacent de constituer un nouvel abcès de fixation de la grogne sociale en France. Plusieurs dizaines d'intermittents occupent depuis dimanche soir le théâtre de l'Odéon à Paris.

Ces intermittents protestent contre le principal objet de ces négociations: réduire les dépenses d'un système qui contribue à hauteur d'un milliard d'euros au déficit du régime général de l'assurance-chômage. "De l'argent, il y en a, construisons de nouveaux droits", proclame une banderole barrant le fronton de l'Odéon.

Les représentants de la profession, salariés et employeurs, se sont pour leur part retrouvés lundi matin au ministère du Travail pour des discussions à l'issue incertaine censées aboutir avant jeudi.

Syndicats et patronat se sont accordés le 24 mars dernier sur un document de cadrage. Celui-ci demande aux organisations représentant les artistes et les techniciens, ainsi que leurs employeurs, de s'entendre sur des règles spécifiques d'indemnisation.

Sans résultat, le risque est à nouveau de voir les festivals d'été en France perturbés, une perspective dont jouent traditionnellement les intermittents du spectacle pour faire pression sur leurs employeurs et les pouvoirs publics.

sda-ats

 Toute l'actu en bref