Toute l'actu en bref

Pierre-Yves Maillard met en avant son expérience et sa passion pour son mandat de conseiller d'Etat (Archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

La Jeunesse socialiste vaudoise (JSV) ne souhaite pas que Pierre-Yves Maillard et Anne-Catherine Lyon rempilent pour un quatrième mandat. Ils ne soutiendront pas les demandes de dérogations que les deux conseillers d'Etat vont demander au congrès du 27 septembre.

Plusieurs voix socialistes avaient jusqu'ici demandé le retrait d'Anne-Catherine Lyon, mais nul n'avait encore ouvertement contesté la candidature de Pierre-Yves Maillard, locomotive électorale et leader reconnu des socialistes vaudois. Elus depuis 2002 pour la première et fin 2004 pour le second, les deux conseillers d'Etat se heurtent à la limite des trois mandats imposée par le PSV.

Pas de différenciation de popularité

Lors de leur assemblée générale, les jeunes socialistes ont décidé à la majorité de refuser toute dérogation lors du congrès. Ils veulent un "PS uni et fort", "derrière des candidats qui font l'unanimité dans le parti". Et pas question de faire une "différenciation de popularité". Pour les deux élus, ce serait "la législature de trop".

La JSV appelle au respect des règles mises en place par le parti. Elle estime qu'il existe une relève "extrêmement compétente", "des personnes qui ont fait leurs preuves dans des mandats communaux, cantonaux et fédéraux".

Elues avec de l'expérience

"Il y a des profils très engagés, des élues avec beaucoup d'expérience", explique Audrey Petoud, membre du comité, citée dans le communiqué. "Nous ne voulons pas d'un Conseil d'Etat qui reparte avec sept sortants".

Pour les jeunes socialistes, le pouvoir peut "scléroser lorsqu'on s'accroche trop à un siège". "Tant pour le parti que pour la population, il est bien d'effectuer un tournus". Au congrès du 27 septembre, la JSV proposera une motion d'ordre pour demander que l'on vote sur le principe même de dérogation. Si cette motion d'ordre est refusée, elle votera systématiquement non à chaque demande de dérogation.

Expérience

Mercredi, Pierre-Yves Maillard a fait savoir qu'il se tenait à la disposition de son parti pour un quatrième mandat. Il mettait en avant son expérience et sa passion. Mais il reconnaissait lui-même qu'une dizaine de personnes pouvaient aspirer au Conseil d'Etat, sans donner de nom. Depuis plusieurs mois, les noms de Cesla Amarelle, Florence Germond et Géraldine Savary circulent dans les médias, notamment pour remplacer Mme Lyon.

Sauf surprise, les sept conseillers d'Etat sortants devraient se représenter aux élections cantonales d'avril. Les trois PLR Pascal Broulis, Jacqueline de Quattro et Philippe Leuba sont sur les rangs, comme l'écologiste Béatrice Métraux. Au PS, une nouvelle candidature de Nuria Gorrite, élue en 2012, est quasiment certaine.

sda-ats

 Toute l'actu en bref