Les mesures de sécurité devraient coûter 9 millions de francs


 Toute l'actu en bref

Comme chaque année, Davos est transformé en forteresse: les deux routes d'accès, par le Prättigau et le Landwassertal, sont contrôlées et quatre zones du village ne sont accessibles qu'avec une autorisation.

Larissa Tschudi/sda

(sda-ats)

La sécurité pour le Forum économique mondial (WEF) de Davos (GR) devrait de nouveau coûter environ 9 millions de francs. Comme déjà l'année passée, le plafond convenu de 8 millions devrait être dépassé en raison du niveau de menace élevé.

La menace terroriste toujours forte explique les coûts supplémentaires, a dit lundi Walter Schlegel, commandant de la police cantonale des Grisons et responsable général de la sécurité du WEF, devant les médias à Davos. Le scénario de menace le plus probable en ce moment est celui d'un attentat terroriste commis par une personne isolée ou un petit groupe avec des moyens logistiques restreints.

Depuis les derniers attentats terroristes en Europe, tel celui sur le marché de Noël à Berlin en décembre, la situation n'a toutefois pas changé pour la Suisse. C'est pourquoi le dispositif de sécurité de 2016 peut être repris dans ses grandes lignes.

Comme chaque année, Davos ressemble ainsi à une forteresse. Les deux chemins d'accès, par le Prättigau et le Landwassertal, sont contrôlés. A Davos même, quatre zones de sécurité ne sont accessibles qu'avec une autorisation.

Par rapport à l'année passée, la présence policière autour de Davos a été augmentée, de même que les contrôles des personnes et du trafic, des mesures qui sont perceptibles par la population. Les travaux d'information ont aussi été intensifiés, a expliqué M. Schlegel lors de la conférence de presse commune de la police cantonale et de l'armée suisse.

La visite d'Etat chinoise en défi supplémentaire

La protection individuelle de personnalités exposées telles des présidents d'Etat et des membres de dynasties royales représente toujours une tâche particulièrement délicate pour les forces de sécurité. Cette année, selon M. Schlegel, plus de 100 personnes parmi les quelque 3000 participants au WEF nécessitent une protection internationale. Pour le WEF, elle est assurée par la police cantonale des Grisons.

La participation cette année du président chinois, en visite d'Etat en Suisse, représente naturellement un "défi supplémentaire" pour les organes de sécurité, a expliqué M. Schlegel à l'ats: "Nous sommes tous mis à contribution". Les mesures nécessaires ont été définies en accord avec les Chinois.

Pour toutes ces tâches, la police cantonale des Grisons sera soutenue par des forces de police en provenance de toute la Suisse et de la principauté du Liechtenstein. Leur nombre n'est pas communiqué. Et comme les forces civiles disponibles ne sont pas suffisantes pour assurer la sécurité, l'armée effectue aussi un engagement subsidiaire.

L'armée soutient la police

Au total, 4746 militaires sont engagés, dont 93% sont des soldats de milice, a détaillé lundi le divisionnaire Jean-Marc Halter, commandant de l'engagement de l'armée au WEF. La limite supérieure de 5000 membres de l'armée ne sera pas atteinte cette année.

La tâche principale de l'armée est la défense de la souveraineté aérienne et le service de police aérienne. Les Forces aériennes doivent notamment transporter les participants placés sous protection internationale de l'aérodrome de Dübendorf (ZH) jusqu'à Davos. Nombre d'entre eux viennent en Suisse en jet privé et sont ensuite acheminés par les airs à Davos, où l'armée exploite un aéroport.

Voix critiques autorisées

Des manifestations peuvent aussi, dans certaines circonstances, représenter un risque pour la sécurité. Les autorités suisses sont d'avis qu'un dialogue ouvert doit être possible, a dit M. Schlegel. "Les voix critiques sont autorisées", à la condition que la liberté d'expression soit utilisée de manière pacifique. Lors de violations du droit, les forces de l'ordre interviennent, afin de donner un signal contre la violence.

Pour l'édition du WEF de cette année, qui se tient de mardi à samedi, deux manifestations ont été autorisées: l'une est organisée par le parti des Verts de Davos, la seconde par une communauté bangladaise.

ATS

 Toute l'actu en bref