Les sénateurs généreux envers les transports publics régionaux


 Toute l'actu en bref

Trains et bus régionaux devraient recevoir 4,104 milliards de francs entre 2018 et 2021, ont décidé mercredi les sénateurs. Ici un vieux train des Chemins de fer jurassiens (archives).

KEYSTONE/MARTIN RUETSCHI

(sda-ats)

Trains et bus régionaux devraient recevoir 4,104 milliards de francs entre 2018 et 2021. Tenant compte des critiques des cantons et des organisations de transport public, le Conseil des Etats a gonflé mercredi l'enveloppe initiale de 134 millions.

Le Conseil fédéral a prévu un crédit d'engagement destiné au transport régional de voyageurs de 3,97 milliards. Malgré le mécontentement des cantons, des villes, des entreprises ferroviaires et des consommateurs, il a refusé de revoir ce montant à la hausse.

Selon le plan quadriennal, il est prévu de libérer 952 millions de francs en 2018, soit un peu moins qu'en 2017, 971 millions en 2019, 1,017 milliard en 2020 et 1,03 milliard en 2021. La hausse continue vise à répondre à l'augmentation de la demande des passagers, en croissance de 4-6%, selon la conseillère fédérale Doris Leuthard.

Billets plus chers inenvisageables

Les passagers risquent toutefois de devoir mettre la main au porte-monnaie. Actuellement, ils paient en moyenne la moitié des coûts, l'autre étant à charge de la Confédération et des cantons.

Une hausse des prix des billets n'est "pas envisageable" pour le moment, a souligné Olivier Français (PLR/VD), au nom de la commission. L'évolution des prix désavantage déjà le rail par rapport à la route, a renchéri Claude Hêche (PS/JU), président d'Ouestrail.

La Chambre des cantons a donc accepté par 26 voix contre 17 d'augmenter l'enveloppe de 134 millions, à 4,104 milliards, soit le montant demandé par les cantons et les entreprises de transport public.

Le trafic voyageurs régional représente 2 millions de courses par jour, a rappelé Olivier Français. Pour la majorité, il faut se donner les moyens de cette croissance. "Si on tire le frein, on va ralentir le remplacement du matériel roulant, diminuer les nouvelles dessertes", a craint Stefan Engler (PDC/GR), président du conseil d'administration des Chemins de fer rhétiques.

Vaine opposition

"C'est une augmentation de 2% du crédit d'engagement. Vous ne pouvez pas tout peindre en noir!", a contré la ministre Doris Leuthard, se déclarant "énervée" par ces arguments. L'UDC, une partie du PLR et quelques PDC se sont joints à son opposition.

"Je suis pour une extension réseau, mais il faut le faire en regard des finances fédérales. Le crédit du Conseil fédéral permet les aménagements et améliorations nécessaires", a remarqué Peter Hegglin (PDC/ZG), en vain.

Le transport régional de voyageurs connaît une demande en augmentation de 4 à 5% par an depuis 2007. Les entreprises de transport doivent acquérir de plus en plus de trains et de bus. Conséquence: des surcoûts de 882 millions de francs.

Le National doit encore se prononcer.

ATS

 Toute l'actu en bref