Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les smartphones peuvent déjà faire office de podomètre, compter les calories consommées ou mesurer le rythme cardiaque. Mais téléphones mobiles et tablettes électroniques peuvent aussi devenir des outils de diagnostics performants en modifiant l'utilisation de leurs capteurs (image symbolique).

KEYSTONE/AP/MINDAUGAS KULBIS

(sda-ats)

Les smartphones sont en passe de révolutionner la façon de diagnostiquer et de traiter des maladies chroniques grâce à des capteurs et des applications utilisés à des fins médicales. Des chercheurs l'ont expliqué lors d'une conférence scientifique à Boston.

"La caméra, le flash, le micro, le GPS" des téléphones portables sont "de plus en plus performants" et capables de "rivaliser avec des instruments d'imagerie spécialisés", a indiqué Shwetak Patel, professeur de science informatique et d'ingénierie à l'université de Washington à Seattle.

Les smartphones peuvent déjà faire office de podomètre, compter les calories consommées ou mesurer le rythme cardiaque. Mais téléphones mobiles et tablettes électroniques peuvent aussi devenir des outils de diagnostic performants en modifiant l'utilisation de leurs capteurs.

"On peut se servir des micros pour mesurer les capacités pulmonaires et détecter une crise d'asthme ou une broncho-pneumopathie chronique obstructive", a précisé le professeur Patel, lors de cette conférence annuelle de l'American Association for the Advancement of Science de Boston. Ce qui permet de mieux contrôler ces pathologies chroniques en dehors du cabinet du médecin.

Demande d'autorisation

Il est aussi possible de se servir de la caméra et du flash pour mesurer, sur un doigt, à l'aide d'une application, le taux d'hémoglobine dans le sang et déterminer si la personne est anémique ou manque de fer. Ces applications font actuellement l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (Food and Drug Administration).

Un capteur de mouvement dans les smartphones peut être utilisé pour détecter l'ostéoporose, une diminution de la densité osseuse normalement diagnostiquée par un scanner.

Il suffit de tenir le téléphone dans une main et de taper sur son coude pour créer des ondes détectées par le capteur de mouvement de la caméra. Une diminution de la densité de l'os se traduit par un changement de la fréquence des ondes.

Grand impact

"On peut ainsi créer des outils de diagnostic et de dépistage qui étaient impossibles dans le passé, ce qui bouleverse la manière de diagnostiquer, de traiter et de gérer des maladies chroniques", résume le professeur Patel.

"On peut imaginer un impact encore plus grand de ces avancées dans les pays en développement où de tels équipements de dépistage n'existent quasiment pas dans les cabinets médicaux", pointe-t-il.

Dans les pays développés, ces nouveaux outils médicaux individualisés changent la relation entre les patients et les médecins. Ils donnent aux malades la possibilité d'obtenir fréquemment des données médicales qui n'étaient auparavant recueillies qu'une fois par an dans le cabinet du médecin.

Disparités lissées

Les performances des téléphones portables permettent déjà d'aider des malades atteints de diabète ou de cancers à mieux gérer leur maladie, indique Elizabeth Mynatt, professeur d'informatique interactive au Georgia Institute of technology. "Notre étude montre que la technologie portable a profondément modifié le comportement de ces malades (...) capables de mieux se prendre en main", dit-elle.

Ces chercheurs ont fourni une tablette électronique à des femmes issues de milieux modestes et traitées pour un cancer du sein, permettant un accès en temps réel à toutes les informations sur le diagnostic, la gestion de leur traitement ou les effets secondaires. L'application peut également apporter une aide si les patientes n'ont pas les moyens de payer un déplacement pour aller se faire soigner.

"La généralisation des plateformes mobiles est très encourageante pour répondre aux disparités socio-économiques dans l'accès aux soins médicaux", juge la professeur Mynatt.

Récolte de données

Gregory Hager, directeur du Centre d'ingénierie et de soins médicaux à la faculté de médecine Johns Hopkins, relève que de plus en plus de médecins et de chercheurs dans cette université voient dans les smartphones et les plateformes mobiles un moyen prometteur de recueillir de vastes quantités de données médicales pour effectuer des essais cliniques plus performants.

Actuellement, une étude clinique coûte au moins 12 millions de dollars. Avec les smartphones, il est possible d'effectuer des "micro-essais cliniques beaucoup plus efficaces" avec des données en temps réel, plus proches de la réalité, et pour un coût nettement plus bas, a-t-il expliqué.

ATS