Les Tessinois pourront bientôt payer en "tics" virtuels


 Toute l'actu en bref

Le tic virtuel tessinois utilisera la technologie du bitcoin (archives).

KEYSTONE/URS FLUEELER

(sda-ats)

Après le "Léman" de l'Arc lémanique, le "Farinet" valaisan et le "WIR" suisse, le Tessin aura sa monnaie locale, le ticinocoin (tic). Uniquement virtuel, le tic veut favoriser l'économie locale.

Lancé par Michele Fiscalini et développé par l'informaticien Claudio Rossini, le tic a été testé lors d'une phase pilote, rapportent samedi plusieurs journaux romands. La monnaie numérique tessinoise est basée sur la même technologie utilisée par le bitcoin, soit la "blockchain", une base de données virtuelles décentralisée consultable par tous les utilisateurs.

Cette devise permettra des transactions plus rapides, plus transparentes, plus sécurisées et moins coûteuses. Son utilisation pourrait être limitée aux services et aux produits tessinois. Le tic favorisera ainsi l'économie locale, explique Michele Fiscalini sur la page Facebook du tic.

Le tic pourrait aussi être échangé; dans ce cas, un tic vaudrait un franc suisse. Mais des autorisations seraient nécessaires, notamment de la FINMA. Par contre, l'échange contre d'autres monnaies virtuelles comme le bitcoin serait libre.

Lémans et Farinets

Les Tessinois ne sont pas les premiers sur le marché des monnaies complémentaires. Avec plus de 100'000 Lémans en circulation, la monnaie alternative de l'Arc lémanique lancée en septembre 2015 gagne du terrain. Une version électronique devrait voir le jour en mars pour autant qu'elle passe la rampe des derniers tests techniques.

En Valais, un collectif citoyen veut lancer le Farinet dans le courant de l'année 2017. La ligne graphique de cette nouvelle monnaie locale valaisanne a été présentée en novembre. La Suisse connaît aussi le WIR, un système de crédit mutualisé qui existe depuis 1934 et qui regroupe 60'000 entreprises. Il existe des milliers de monnaies complémentaires dans le monde.

ATS

 Toute l'actu en bref