Toute l'actu en bref

Il n'y a pas eu de but entre Manchester City et le Real Madrid en demi-finale aller de la Ligue des champions. La qualification pour la finale se jouera donc au retour dans la capitale espagnole.

Ce match, qu'on attendait ouvert et spectaculaire, n'a de loin pas répondu aux espoirs en terme de spectacle, sauf dans le dernier quart d'heure, où le Real n'est pas passé loin de trouver l'ouverture. L'opposition a certes été intéressante tactiquement, avec deux équipes défendant à merveille en bloc, mais elle a cruellement manqué de folie. On était bien loin par exemple du récent et affolant Liverpool - Borussia Dortmund (4-3).

Sur le simple plan comptable, le Real a cependant fait une opération favorable. Il lui suffira de gagner au retour pour aller en finale pour la 14e fois de son histoire. Les Anglais devront soit gagner, soit faire match nul en marquant au moins une fois. Ou encore rééditer un 0-0 et spéculer sur les tirs au but.

Ronaldo forfait

Contrairement à ce qui avait été annoncé par le camp merengue, le problème musculaire à la cuisse droite qui gêne Ronaldo n'est pas résolu. Du coup, le Portugais ne figurait ni sur le onze de départ, ni même sur la feuille de match. Une sacrée surprise quand même. Depuis qu'il porte le maillot du Real, Ronaldo avait disputé 36 des 37 derniers matches de son équipe dans la phase par élimination de la C1.

A sa place, Zidane titularisait Lucas Vazquez (24 ans), qui n'avait jusqu'ici évolué en Ligue des champions que 163 minutes, sans marquer. Comparé aux 93 réussites de CR7, cela ne pesait pas lourd... Le Real pouvait par contre compter sur Benzema, remis du coup reçu à un genou samedi en Liga. Mais le Français ne revenait pas sur la pelouse à la reprise, après avoir passé 45 minutes anonymes.

Pas d'occasion

L'excitation et l'ambiance d'avant-match allaient assez vite retomber. La faute à une partie cadenassée, avec un énorme pressing des deux côtés et peu d'espaces, mais hélas aussi très peu d'émotions. Ainsi, la mi-temps était atteinte sans la moindre occasion de but à se mettre sous la pupille, ni le moindre tir cadré...

Les éléments chargés de détruire les actions adverses prenaient le pas, et comment, sur ceux dont on attendait des éclairs de créativité. Les Brésiliens Fernando et Fernandiho côté citizen, ainsi que leur compatriote Casemiro en face, se montraient notamment très efficaces dans leur mission de sentinelle devant leur défense respective.

La sortie sur blessure de David Silva avant la pause forçait Manuel Pellegrini à une modification tactique: le jeune Iheanacho entrait en position de soutien d'Agüero, De Bruyne glissant alors à gauche. Mais les éléments offensifs des Mancuniens n'allaient jamais pouvoir s'illustrer.

La transversale sauve City

Les équipes semblaient être animées d'intentions un peu meilleures après le thé. Agüero manquait le cadre (46e), puis Ramos, d'une tête après un corner de Kroos, sollicitait Hart pour la première fois de la soirée (54e).

Malgré ses absents, le Real dominait territorialement, City étant réduit à tenter des contres de manière sporadique. A la 71e, les visiteurs frôlaient le but quand une tête de Jesé s'écrasait sur la transversale pour ce qui constituait la première grosse occasion de la rencontre. Hart sauvait ensuite du pied sur une reprise de Casemiro (79e) puis devant Pepe (82e) dans une fin de rencontre durant laquelle les hommes de Zidane poussaient fort contre un adversaire dans les cordes.

sda-ats

 Toute l'actu en bref