Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ce père et ses enfants ne montrent pas l'exemple prôné par le bpa. Le bob et la luge en bois classique de type Davos sont déconseillés, le bpa leur préférant la luge de randonnée, plus maniable. De plus, aucun des trois ne porte de casque (archives).

KEYSTONE/APA/HERBERT PFARRHOFER

(sda-ats)

La luge est plus dangereuse que ce qu'on croit. Le Bureau de prévention des accidents (bpa) lance un appel à la prudence. Il n'est pas seulement question d'équipement, mais aussi de comportement.

Près de 7600 personnes sont victimes chaque année en Suisse d'un accident de luge qui se termine chez le médecin, écrit mardi le bpa dans un communiqué. Il s'agit dans deux cas sur trois de bobos allant des contusions aux fractures. Mais l'issue peut être beaucoup plus grave, jusqu'à la mort qui a emporté huit lugeurs ces dix dernières années en Suisse.

Le principe selon lequel les têtes intelligentes se protègent vaut aussi pour la luge. Un casque de sports de neige doit ainsi faire partie de l'équipement de base, complété par des lunettes de ski et des chaussures munies de crampons, indique le bpa.

Tout petits mieux protégés

On est pour l'heure loin du compte. Tandis que plus de neuf amateurs de ski alpin ou de snowboard sur dix se protègent la tête, ce taux descend à un sur deux pour les férus de luge. Cette proportion relevée par le bpa en 2016 est restée relativement stable ces dernières années. Néanmoins elle a heureusement augmenté chez les enfants de moins de six ans, se réjouit le bpa.

Au-delà des conseils d'équipement, le Bureau de prévention des accidents dispense toute une série de recommandations, sachant qu'"une grande partie des accidents de luge sont dus à un manque de connaissance des règles de comportement, une vitesse trop importante ou une surévaluation des capacités personnelles". Certaines règles relèvent de l'évidence comme choisir une pente libre d'obstacle, dans l'idéal signalée en tant que piste de luge.

Choisir la bonne luge

D'autres, plus techniques paraissent moins évidentes. Il en est ainsi du choix du matériel, important. Le bpa recommande d'utiliser une luge de randonnée: sa construction dynamique permet un pilotage beaucoup plus facile, et elle ne dérape pas sur la glace ou dans les virages, précise Benedikt Heer, conseiller sport au bpa, cité dans le communiqué.

La luge en bois classique de type "Davos" est en revanche plus rigide et par conséquent difficilement maniable, précise le technicien. Le bob est quant à lui destiné à une neige molle et mouillée. Sur un sol dur et glacé, il devient très rapide et sera difficile à manoeuvrer et à freiner, avertit le bpa.

Ces conseils font partie des dix règles de comportement destinées aux lugeurs qui figurent sur le site internet du bpa et qui sont réunies dans une brochure intitulée "Faire de la luge - En piste sans danger". On y apprend en outre qu'il ne faut pas luger la tête en avant et qu'il est préférable d'être assis que couché. Il est important de respecter les trajectoires des personnes qui se trouvent devant soi et dangereux d'attacher les luges entre elles.

ATS