Toute l'actu en bref

France - Roumanie donnera vendredi le coup d'envoi de l'Euro. Sept fois sur les 14 éditions précédentes, un des deux protagonistes du match d'ouverture a été sacré. Dont les... Bleus en 1984.

L'Espagne en 1964 (2-1 contre la Hongrie), l'Italie en 1968 (0-0 contre l'URSS puis qualification par tirage au sort!), la RFA en 1972 (2-1 contre la Belgique), la Tchécoslovaquie en 1976 (3-1 contre les Pays-Bas), la RFA en 1980 (1-0 contre la Tchécoslovaquie), la France en 1984 (1-0 contre le Danemark) et la Grèce en 2004 (2-1 contre le Portugal): tels sont les champions d'Europe qui, avant le triomphe, avaient eu l'honneur d'ouvrir le bal.

Toutefois, l'Euro n'a adopté son format actuel, avec une phase de poules préalable, qu'à partir de 1980. Auparavant, la phase finale n'était disputée que par quatre équipes s'affrontant d'entrée de jeu dans des demi-finales.

Or, depuis ce changement de formule, les statistiques ne sont pas franchement favorables à ceux dont le nom figure sur l'affiche de l'ouverture. En neuf tournois, trois pays seulement ayant disputé la première rencontre sont allés au bout: l'Allemagne de l'Ouest dans cette phase finale de 1980, la France quatre ans plus tard et la Grèce en 2004. Les six autres fois ce fut donc un échec - il n'y a même guère que le Portugal a avoir atteint la finale (défaite 1-0 contre les Grecs) -, notamment en 1996 (Angleterre - Suisse 1-1 à Wembley) et 2008 (Suisse - République tchèque en 2008 à Bâle).

Mais les Bleus veulent croire en la bonne étoile qui veille semble-t-il sur eux quand ils sont les hôtes des grands rendez-vous. Cette bonne fée qui, le 12 juin 1984, devant les 47 570 spectateurs du Parc des Princes, avait doté Michel Platini de superpouvoirs ayant permis au no 10 d'inscrire contre le Danemark le premier de ses neufs buts du tournoi (record).

Cette même fée qui avait protégé le groupe d'Aimé Jacquet tout au long de sa conquête mondiale en 1998 (mais le match d'ouverture avait été Brésil - Ecosse). La France veut y croire. Tant et si bien qu'elle a visiblement effacé de sa mémoire les deux autres tournois qu'elle a organisés sans les remporter: l'Euro 1960 (en ayant perdu le match d'ouverture 5-4 contre la Yougoslavie) et la Coupe du monde 1938 (remportée par l'Italie de Mussolini alors que l'affiche de l'ouverture avait vu l'Allemagne nazie être sortie en deux rencontres par la Suisse). Il est des souvenirs que l'on balaie plus facilement que d'autres.

sda-ats

 Toute l'actu en bref