Melbourne: elle est là la beauté du tennis


 Toute l'actu en bref

Melbourne tient son affiche de rêve ! Contre toutes les attentes, Roger Federer et Rafael Nadal s'affronteront dimanche pour la neuvième fois en finale d'un tournoi majeur.

Annoncer une finale entre Roger Federer et Rafael Nadal le dimanche 29 janvier à Melbourne aurait été aussi insensé que de miser sur une victoire de George Bastl face à Pete Sampras en 2002 à Wimbledon. Mais elle est là aussi la beauté du tennis, un sport qui peut parfois défier d'une manière renversante toutes les logiques.

Même si leur parcours a été simplifié par les éliminations de Murray - il aurait dû affronter Roger Federer en quart de finale - et de Novak Djokovic - sa route aurait croisé celle de Rafael Nadal en demi-finale -, le Bâlois et le Majorquin n'ont rien volé. Porté par la foule et surtout par un physique qu'il a pris le temps de (re)bâtir avec l'expertise de Pierre Paganini, Roger Federer vole à nouveau sur le court.

La vérité des chiffres dit tout: Roger Federer a battu trois joueurs du top-ten - Tomas Berdych, Kei Nishikori et Stan Wawrinka - sur la route de sa finale. Et qu'il a gagné pour la deuxième fois de sa carrière deux matches en cinq sets dans le même tournoi. A 35 ans et demi!

Le parcours de Rafael Nadal fut aussi magistral. Le Majorquin a commencé par battre le plus grand espoir du Circuit - Alexander Zverev - après avoir été mené deux manches à, puis a donné la leçon à trois outisders qui pouvaient nourrir les plus grandes ambitions, Gaël Monfils, Milos Raonic et Grigor Dimitrov.

Victorieux de vingt-trois des trente-quatre duels qui l'ont opposé à Roger Federer, Rafael Nadal partira dimanche avec les faveurs du pronostic. Le Majorquin reste sur quatre finales de Grand Chelem victorieuses devant Roger Federer, dont celle de 2009 à Melbourne qui restera pour le Bâlois comme l'une des plus mortifiantes défaites de sa carrière.

Rafael Nadal sait aussi que cette finale de dimanche lui offre sans doute son ultime chance de "chasser" le record des dix-sept titres du Grand Chelem de Roger Federer. S'il la gagne, il ne sera plus qu'à deux longueurs du Bâlois avec la perspective de gagner une seizième couronne en juin prochain à Roland-Garros.

En revanche, Roger Federer sera pratiquement intouchable s'il rafle la mise dimanche. Avec 18 titres, il sera non seulement hors de portée de Rafael Nadal mais aussi d'un Novak Djokovic qui n'a plus retrouvé le feu sacré perdu l'an dernier lors de la quinzaine de Wimbledon, comme l'assure la sourde rumeur du vestiaire.

ATS

 Toute l'actu en bref