Moutons tués selon le rite musulman: agriculteur condamné en Valais


 Toute l'actu en bref

En Suisse, l'abattage rituel des animaux est interdit (photo symbolique).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Un éleveur valaisan a été condamné par ordonnance pénale pour avoir vendu des moutons et autorisé leur abattage dans sa ferme selon le rite musulman. Une pratique interdite en Suisse.

L'agriculteur a écopé d'une amende de 1200 francs, auxquels s'ajoutent 600 francs de frais de justice. L'homme avait déjà été condamné pour des faits similaires en 2014 et avait reçu une amende de 500 francs, a indiqué à l'ats le Ministère public valaisan, confirmant une information parue vendredi dans le Nouvelliste.

L'éleveur a été reconnu coupable de contravention à la loi fédérale sur la protection des animaux, mais aussi à la loi sur les denrées alimentaires et les objets usuels en raison notamment des conditions d'hygiène "déplorables".

Onze moutons

Les faits remontent à septembre dernier. L'éleveur vend alors onze moutons à une douzaine de personnes et les autorise à égorger les bêtes sur place, selon un rituel musulman, sans qu'elles aient été étourdies au préalable.

Des témoins signalent la scène et le Service cantonal de la consommation et affaires vétérinaires dénonce le cas à la justice. Les carcasses de moutons sont retrouvées dans la ferme et dans les voitures des différents acheteurs.

Abattage rituel interdit

En Suisse, les animaux destinés à la boucherie doivent être étourdis avant d'être mis à mort dans un abattoir autorisé. L'abattage à la ferme n'est permis que si la viande est destinée à la consommation de l'éleveur et pas à la vente.

L'abattage rituel est interdit et les communautés musulmane et juive doivent donc importer la viande halal et casher. En octobre dernier, la commission de la science du Conseil des Etats a refusé de donner suite à une initiative parlementaire de Yannick Buttet (PDC/VS) demandant de soumettre l'importation d'une telle viande à une obligation de déclaration, s'opposant en cela à son homologue du National.

ATS

 Toute l'actu en bref