Toute l'actu en bref

Andy Murray (no 2) affrontera Milos Raonic (no 6) dimanche en finale à Wimbledon. L'Ecossais a rejoint le Canadien en dominant Tomas Berdych (no 10) 6-3 6-3 6-3 dans la deuxième demi-finale.

Sacré champion olympique en 2012 sur le gazon londonien, Andy Murray (29 ans) disputera dimanche sa 11e finale de Grand Chelem, la troisième de l'année. Il n'a jusqu'ici conquis "que" deux trophées majeurs, en 2012 à New York et en 2013 à Wimbledon, et a donc échoué à huit reprises au stade ultime de la compétition dans un "Major".

D'ores et déjà qualifié pour le Masters de fin de saison, le Britannique doit être ravi de l'échec subi par Roger Federer dans la première demi-finale. Il reste sur cinq défaites face au Bâlois, qui a en outre remporté leurs trois duels livrés dans des finales de Grand Chelem (US Open 2008, Open d'Australie 2010 et Wimbledon 2012). Il sera d'ailleurs confronté à une situation inédite pour lui dimanche: ses sept autres finales de Grand Chelem, il les a jouées face à Novak Djokovic! Le Serbe en a gagné cinq, dont les quatre plus récentes (Melbourne 2015 et 2016, Roland-Garros 2016).

Andy Murray devra donc endosser le costume de favori face à Milos Raonic (25 ans), qui est le deuxième Canadien à atteindre une finale majeure en simple après Eugenie Bouchard en 2014 à Londres (défaite face à Petra Kvitova). Un costume qu'il a déjà porté avec une certaine classe vendredi face au Tchèque Tomas Berdych. Le natif de Dunblane a nettement dominé les débats face au finaliste de l'édition 2010 de Wimbledon. Il n'a concédé qu'un seul break, dans le premier set, alors qu'il menait déjà 2-0.

Et Andy Murray a parfaitement négocié le moment le plus "chaud" de cette rencontre. Il a effacé les deux balles de break auxquelles il a dû faire face à 2-3 dans la deuxième manche, avant de prendre le large en empochant quatre jeux d'affilée. L'Ecossais a ensuite fait plus facilement la différence dans le troisième set face à un Tomas Berdych résigné, réussissant le break décisif dès le quatrième jeu.

En souffrance mercredi face à Jo-Wilfried Tsonga (le Français était revenu à deux sets partout après avoir perdu les deux premières manches), Andy Murray s'est donc remis sur les bons rails deux jours plus tard. Relanceur hors pair, il affiche des statistiques favorables face au bombardier Milos Raonic, qu'il a battu à six reprises en neuf affrontements. Il reste sur cinq succès, le plus récent ayant été fêté le 19 juin en finale sur le gazon du Queen's Club (6-7 6-4 6-3).

sda-ats

 Toute l'actu en bref