Toute l'actu en bref

Jérémy Desplanches est d'un naturel impatient. "J'ai hâte d'en découdre", a lâché le Genevois mercredi à Rio, à trois jours de son entrée en lice dans les JO 2016.

"J'attendais depuis des années de voir des anneaux olympiques partout. Je suis servi", a souri le recordman de Suisse des 200 et 400 m 4 nages. "J'étais comme un enfant en découvrant les infrastructures, le village olympique. J'avais envie de sauter dans tous les sens. Mais je me suis rapidement dit que je devais rester calme, car j'aurai le temps de profiter de cela après les compétitions", a-t-il poursuivi.

Jérémy Desplanches va manquer un grand moment, puisqu'il a renoncé - comme tous les autres nageurs suisses d'ailleurs - à participer à la cérémonie d'ouverture vendredi. "Le moment incroyable que je vais vivre, ce sera pour le lendemain matin avec mon entrée dans l'eau", a souligné le nageur établi à Nice, pour qui le 400 m 4 nages n'est cependant qu'une mise en bouche avant le 200 m 4 nages.

Le Genevois, qui se donne encore quatre ans pour "faire partie de la crème de la crème", a pourtant connu quelques moments difficiles en cette année 2016 alors que sa progression avait été spectaculaire en 2015. "Comme je m'étais qualifié pour ces Jeux l'an dernier, j'avais décidé de travailler très dur en 2016 avec l'objectif unique d'être au sommet de ma forme à Rio", a-t-il raconté.

"Mais je me suis posé beaucoup de questions à un moment donné. C'était difficile de voir les autres nageurs progresser, alors que je ne m'améliorais pas", a expliqué Jérémy Desplanches. "Là, je suis à nouveau en pleine confiance. Et je n'ai pas encore atteint mon pic de forme, ce sera pour dans quelques jours", a assuré le grand blond (1m89).

N'a-t-il pas peur de placer la barre trop haut alors que la concurrence est bien plus grande aux JO que dans des championnats d'Europe? "J'ai toujours marché au stress. J'ai besoin d'enjeu pour exprimer pleinement mon potentiel. Je suis moins performant dans les événements de moindre importance. Je fonctionne à l'adrénaline", a-t-il martelé.

sda-ats

 Toute l'actu en bref