Toute l'actu en bref

A la surprise de nombreux investisseurs et analystes, une majorité des membres du comité monétaire de la Fed juge raisonnablement probable une nouvelle hausse de taux en juin: de quoi faire plonger la Bourse suisse jeudi (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a fini sur une note nettement négative jeudi. Le SMI a fini juste en dessus de la barre des 7900 points. Selon les courtiers, les récents signaux émis par la Réserve fédérale américaine (Fed) expliquent ce recul.

Le Swiss Market Index (SMI) a terminé en recul de 0,82% à 7908,79 points, proche de son plus bas du jour. Depuis vendredi soir dernier, le bilan de la semaine est légèrement négatif.

Le Swiss Leader Index (SLI) a perdu 0,60% à 1210,40 points jeudi et le Swiss Performance Index (SPI) 0,61% à 8571,04 points. Sur les trente blue chips, 19 ont fini en rouge, neuf en vert et Schindler et Swiss Life sont restés inchangés.

A la surprise de nombreux investisseurs et analystes, une majorité des membres du comité monétaire de la Fed juge raisonnablement probable une nouvelle hausse de taux en juin. Or, une hausse de taux, c'est du poison pour les marchés boursiers, selon les observateurs.

La publication des minutes de la dernière séance de la Fed, mercredi soir, a relancé les débats sur la question des taux et cela a inquiété les investisseurs de manière compréhensible, a commenté un stratège. Les craintes ont été renforcées par les déclarations de divers membres de la Fed qui ont toutes été dans la même direction. En revanche, les données américaines les plus récentes n'ont pas délivré un message clair.

Marge de manoeuvre bancaire

La lanterne rouge du jour est revenue à Credit Suisse (-2,9% ou 0,40 franc), mais le titre était traité hors dividende de 0,70 franc et aurait fait partie sans cela des gagnants du jour. Les autres financières ont pour leur part profité des craintes sur les taux: UBS a gagné 1,1%.

Les financières ont dans l'ensemble profité de l'éventualité d'une prochaine hausse du taux directeur de la Fed. Le cas échéant, ces sociétés auraient plus de marge de manoeuvre pour stabiliser leurs recettes, selon les courtiers.

Julius Baer (+0,3%) a en plus profité des informations sur la marche de ses affaires depuis le début de l'année. Celle-ci a été qualifiée de mitigée, mais la marge brute a dépassé les attentes.

Les autres gagnants sont Sika (+0,5%), Lonza (+0,4%) ainsi que Sonova et Dufry (chacun +0,3%).

Annonces porteuses

Dans le camp des perdants, à part CS, on trouve Aryzta (-2,2%), Galenica (-2,1%) ainsi que Swisscom et Givaudan (chacun -1,8%). Les trois poids lourds défensifs n'ont pas échappé à la tendance et ont pesé sur l'indice.

Novartis a reculé de 0,8%, Roche de 1,3% et Nestlé de 0,8%. Roche a dévoilé une série d'annonces. Le groupe pharmaceutique a prolongé son partenariat avec l'espagnol Oryzon jusqu'en 2017, les autorités américaines ont homologué le médicament Atezolizumab pour certaines formes de cancer de la vessie et le laboratoire a obtenu une extension d'indication pour Gazyvaro en Suisse.

Novartis a annoncé un programme d'investissement dans des recherches cliniques visant à démontrer les avantages de son nouveau médicament pour le coeur Entresto, dont les ventes peinent à décoller.

Kudelski grimpe

Clariant (-0,6%) s'est comparativement bien comporté, même si les autorités britanniques envisagent de mettre leur veto au rachat des activités européennes de Kilfrost, un spécialiste des produits pour dégivrer les avions.

Sur le marché élargi, Kudelski a gagné 2,9%, après avoir annoncé la résolution d'un litige sur des brevets qui l'opposait à Yahoo, moyennant versement par le mastodonte américain d'une somme non précisée. Après les chiffres, Züblin a gagné 5,6%, alors qu'Orascom a perdu 2,2%, Gategroup 2,3 % et SPS 0,7%.

sda-ats

 Toute l'actu en bref